septembre 19, 2007

LE DIVORCE DE NAPOLEON ET JOSEPHINE (1)

Posted in Empire, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , à 12:12 par napoleonbonaparte

Napoléon annonce son intention de divorcer à Joséphine (1809)

Elle était femme dans toute la force du terme.

(Napoléon Bonaparte)

Le divorce ? On en parle dès 1798. En effet, deux ans à peine après leur mariage, la flamme amoureuse de Napoléon ne s’accommode plus guère de cette espèce d’indolence qui caractérise Joséphine. La passion de Bonaparte s’affaiblit au moment où celle de sa femme se transforme en une jalousie presque maladive. Sa première aventure extra conjugale en Egypte avec Pauline Fourès, inaugure une série d’amourettes sans lendemain, mais qui ne laissent pas d’inquiéter Joséphine. C’est tout d’abord la Grassini, la fameuse cantatrice italienne, que le vainqueur de Marengo ajoute à ses conquêtes. Cette liaison vaut de nombreuses scènes de ménage à Joséphine qui ne les supporte plus. Elle se renseigne auprès de sa confidente, Mme de Krény, très au fait des intrigues de la Cour consulaire. « j’ai appris que, depuis huit jours, la Grassini était à Paris, lui mande-t-elle. Il paraît que c’est elle qui cause toute la peine que j’éprouve… Tâchez aussi de savoir où cette femme demeure. » La crainte du divorce la tourmente sans cesse au point d’égarer sa raison. Sa jalousie maladive tient en fait à la politique et non à l’amour. Jusqu’au Consulat, Bonaparte couche bourgeoisement avec sa femme. Pour être sûre de le garder dans son lit, Joséphine l’a persuadé qu’avec son sommeil fort léger, s’il arrivait qu’on tente quelque entreprise nocturne contre lui, elle serait là pour appeler au secours. En 1803, il décide de faire chambre à part, suite à une maladresse de Joséphine elle-même. Une nuit où après avoir travaillé avec Talleyrand jusqu’à quatre heures du matin, il rentre se coucher, épuisé et préoccupé, un bougeoir à la main, il voit surgir l’impératrice de l’obscurité, l’œil hagard, qui lui demande sans ménagement : « au moins était-elle jolie ? » D’abord interloqué, ne sachant que répondre, sa colère éclate devant les suspicions de sa femme: « – Puisque vous le prenez ainsi, Madame, couchez chez vous et moi dans ma chambre. Je montai chez moi et ne couchait plus régulièrement avec l’impératrice, qui, dès lors, me perdit de vue depuis le soir jusqu’au lendemain déjeuner. Je ne la voyais plus que quelquefois et j’eus alors toute ma liberté. » A la suite de cet incident, et comme pour tout ce qui devient rare, Joséphine se met subitement à donner une grande importance aux visites nocturnes de son mari, au point que tout le monde en est instruit dès le lendemain matin : « Je me suis levée tard aujourd’hui, mais, voyez-vous, c’est que Bonaparte est venu passer la nuit avec moi. », glisse-t-elle avec malice à ses femmes.

A chaque nouvelle aventure, Napoléon devient irascible, insupportable envers Joséphine, comme s’il voulait lui faire payer sa propre infidélité. Il pousse même la cruauté jusqu’à lui apprendre lui-même son infortune. « Je ne suis pas un homme comme un autre, dit-il, et les lois de la morale ne peuvent être faites pour moi ». Dans ces conditions, comment s’étonner que l’impératrice qui a le pied léger vienne écouter à la porte, curieuse de savoir en quelle galante compagnie se trouve son mari. Elle n’agit pas autrement au moment de la liaison de l’empereur avec Mme Duchâtel en 1804. Ses reproches le fatiguent ; il se fâche ; elle pleure, et ne retrouve son calme habituel qu’une fois la passade terminée. Mais en octobre de la même année, la jalousie de Joséphine outrepasse les bornes. A Saint-Cloud, elle se faufile sans bruit jusqu’à la porte du petit appartement secret où Napoléon reçoit, Mme de Vaudey, sa nouvelle conquête. L’impératrice les surprend dans les bras l’un de l’autre. Effrayée par cette intrusion, Mme de Vaudey s’enfuit, laissant l’empereur face à sa femme. Furieux de se savoir espionné, il explose et dans sa fureur parle de divorcer. Joséphine éclate en sanglots; ses larmes parviennent à l’apaiser. Mais l’alerte a été chaude. Après le Sacre, Joséphine s’assagit, bien consciente que son crédit auprès de Napoléon dépend de son aptitude à lui assurer la tranquillité dans son ménage et qu’elle repose sur l’égalité de son caractère. Elle se calme, en prend son parti et évite de le quereller sur un sujet qui fâche. De son côté, Napoléon paraît si empressé de raconter ses succès féminins qu’on peut se demander s’il ne les recherche pas uniquement pour s’en vanter. Il prend l’impératrice pour confidente. Par excès de complaisance, elle va jusqu’à favoriser ses fantaisies passagères, se donnant le rôle qu’avait joué Mme de Pompadour auprès de Louis XV en lui fournissant des jeunes filles pour son plaisir. Ainsi en 1808, elle pousse Virginie Guilbaud, sa lectrice, dans le lit de son mari. Napoléon s’en souviendra à Sainte-Hélène, non sans quelque dégoût. « La chose qui m’a le plus déplu, confiera-t-il au Grand Maréchal Bertrand, deux mois avant de mourir, c’est qu’à Marracq, l’Impératrice vint avec Mme Gazzani et Mlle Guilbaud. Il était évident que c’était pour me donner des maîtresses… En me donnant une maîtresse, Joséphine espérait me retenir, et par là empêcher le divorce. Franchement, je ne fus pas content de cette conduite. »

En novembre 1807, la question du divorce est évoquée pour la première fois devant l’impératrice, non plus comme une rumeur qui lui serait simplement rapportée, mais au cours d’un entretien informel avec Fouché, le ministre de la police. Il l’invite à sacrifier son bonheur à celui de la patrie. L’empereur doit laisser des enfants après lui et fonder une dynastie qui ôte aux Bourbons toute espérance de retour. Elle est le seul obstacle à la consolidation de la monarchie impériale, lui dit-il en substance, et son dévouement la placera au-dessus des souveraines les plus illustres qui ont occupé le trône de France. Mais pourquoi chercherait-elle à anticiper les événements alors qu’elle peut laisser aller librement le cours des choses ? Connaissant le caractère de son mari qui n’a jamais besoin d’intermédiaire pour pareille commission, elle soupçonne Fouché d’agir de son propre chef. « Je regarde mon lien avec l’Empereur comme écrit dans le livre des plus hautes destinées, lui répond-elle avec une grande dignité. Je ne m’expliquerai jamais que vis-à-vis de lui-même, et ne ferai jamais que ce qu’il ordonnera ». Napoléon, fort mécontent de cette malencontreuse démarche de son ministre, le désavoue officiellement. Toutefois, il n’est pas mécontent de voir les bruits de divorce se propager dans le public. Il faut préparer en effet l’opinion à ce grand événement. Il l’a arrêté dans son esprit sans en avoir encore en fixé la date. L’impératrice elle-même en parle comme d’une éventualité à laquelle elle s’est résignée. Il se raconte aussi que Napoléon aurait désigné Eugène comme son héritier, au cas où il viendrait à disparaître. Ces racontars irritent profondément l’empereur, qui ne souffre pas qu’on lui inspire sa conduite. « Vous avez des enfants, je n’en ai pas, déclare-t-il à Joséphine avec l’idée de l’amener à comprendre son choix. Vous devez sentir la nécessité où je me trouve de songer à consolider ma dynastie ; pour cela il faut que je divorce et que je me remarie. Cela sera avantageux à vos enfants. Vous avez beau pleurer, la raison d’Etat est la plus forte ; il faut vous y soumettre de bonne grâce, car, bon gré, mal gré, j’y suis résolu. » L’impératrice n’a jamais contré les ordres de Napoléon et elle n’est certainement pas disposée à s’opposer maintenant à lui. Il est le maître, lui seul décidera de son sort. « Quand vous m’ordonnerez de quitter les Tuileries, j’obéirai à l’instant, lui répond-elle. Je suis votre femme, j’ai été couronnée par vous en présence du Pape ; de tels honneurs valent bien qu’on ne les quitte pas volontairement. Si vous divorcez, la France entière saura que c’est vous qui me chassez, et elle n’ignorera ni mon obéissance, ni ma profonde douleur ». La sagesse de son attitude et la dignité de ses propos lui sont inspirées par Eugène, toujours vigilant à seconder sa mère de ses conseils. Quand lui parviennent les bruits que Fouché fait courir, il écrit à l’impératrice en septembre 1807 : « Tu n’auras jamais rien à redouter de lui parce que l’empereur en lui-même méprise ceux qui lui donnent de mauvais conseils… Si l’empereur te tracasse encore sur des enfants, dis-lui que ce n’est pas bien à lui de te reprocher des choses semblables. S’il croit que son bonheur et celui de la France l’obligent à en avoir, qu’il n’ait aucun égard étranger ». Des passions contraires et un attendrissement sincère agitent l’empereur, déstabilisé par le comportement très noble de l’impératrice. En l’absence de Napoléon parti vers Noël en tournée d’inspection dans le royaume d’Italie la rumeur se fait plus insistante. Joséphine affecte un flegme qui cache en réalité un profond accablement. Quitte à perdre sa place, elle préfèrera tomber la tête haute plutôt que de s’abaisser à des flatteries de courtisane. « Le retour de l’empereur m’a beaucoup occupée… écrit-elle à Eugène le 10 février 1808. Tu devines aisément que j’ai eu bien des sujets de chagrin. Les bruits qui couraient pendant l’absence de l’empereur n’ont pas cessé à son retour et ont, dans ce moment-ci, plus de prôneurs que jamais. Il est vrai que leurs auteurs n’ont pas été punis; au contraire, on a remarqué que ceux qui avaient cherché à les démentir ont reçu un accueil plus froid. Au reste, je m’en remets à la Providence et à la volonté de l’empereur. Ma seule défense est ma conduite, que je tâche de rendre irréprochable. Je ne sors, je n’ai plus aucun plaisir et je mène une vie à laquelle on s’étonne que je puisse me plier, après avoir été accoutumée à être moins dépendante et à voir beaucoup de monde. Je m’en console en pensant que c’est me soumettre au désir de l’empereur. Je vois ma considération baisser tous les jours tandis que d’autres augmentent en crédit… Que les trônes rendent malheureux… J’en signerais demain sans aucune peine l’abandon pour tous les miens. Le coeur de l’empereur est tout pour moi. Si je dois le perdre, j’ai peu de regret à tout le reste. Voilà ma seule ambition, et mon coeur tel qu’il est. Je sais bien que ce n’est pas avec cette franchise qu’on réussit, et si je pouvais, comme beaucoup d’autres, n’être qu’adroite, je m’en trouverais beaucoup mieux, mais je préfère conserver mon caractère. J’ai du moins l’estime de moi-même… »

Tout le monde à la Cour a intérêt au maintien de Joséphine sur le trône. Elle est douce, elle tempère par son équanimité les emportements de Napoléon, elle sait si bien obliger. L’arrivée d’une princesse inconnue, russe ou autrichienne, qu’importe, en haussant l’empereur au niveau des vieilles familles régnantes, risquerait par ailleurs de le couper encore un peu plus de ses courtisans. A la ville comme à la Cour, on ne parle plus que de la dissolution de ce mariage, chacun affiche sa propre opinion en fonction le plus souvent de son intérêt. A Paris, seuls les dévots, les frondeurs et les femmes de quarante à cinquante ans, par solidarité féminine avec Joséphine, le désapprouvent hautement. Mais cette nouvelle alerte sérieuse reste sans suite, car l’affaire d’Espagne occupe ailleurs Napoléon éloigné. Le voyage triomphal de l’empereur et de l’impératrice en 1808 dans les départements de l’ouest éloigne temporairement les bruits de divorce. Sur ces terres de chouannerie, Joséphine conquiert les coeurs de toute une population naguère soulevée contre le pouvoir central ; dans l’immédiat, il serait extrêmement inopportun de la répudier tandis qu’elle recueille tous les suffrages. Mais Napoléon ne peut indéfiniment différer sa décision. Le divorce est inéluctable, sa politique l’exige.

Pourtant, il hésite encore, il tergiverse. Il est tellement habitué à cette femme qu’il connaît depuis près de quinze ans et dont la douceur et le calme lui conviennent si bien. Il n’a cependant plus aucune doute sur sa capacité à engendrer. Si la naissance du futur comte Léon en décembre 1806 ne porte pas pour lui à conséquence, car elle est le fruit d’une amourette avec une jeune personne qui collectionne les amants, en revanche l’enfant que porte Marie Walewska en juillet 1809, et dont il est indiscutablement le père, le plonge dans des transports de joie. En effet, cette paternité lui ouvre l’espérance d’avoir un jour un héritier de son sang. Elle arrache sa décision et le détermine au divorce d’une manière définitive. Nous tenons là l’événement décisif, le point de non retour. D’ailleurs Joséphine, informée de tout, ne s’y trompe pas. Inquiète de la liaison passionnée que son mari entretient à Vienne avec la belle polonaise, elle est atterrée par la nouvelle de la grossesse de la jeune femme. Elle qui a toujours prétendu que la stérilité de leur couple incombait à l’empereur, elle sait que dorénavant ses jours sont comptés. De retour à Fontainebleau le 26 octobre, Napoléon lui demande de venir le rejoindre immédiatement. Le divorce est arrêté dans sa tête, mais il redoute de nouveau une nouvelle crise de larmes. Aussi se montre-t-il distant. Il évite toute intimité avec elle, il ne l’emmène plus dans sa calèche pour la promenade. Il a même ordonné depuis Schönbrunn qu’on mure la porte de communication entre leurs deux appartements. En arrivant au palais, Joséphine s’en est étonnée. « Croyez qu’il y a là-dessous quelque mystère ! » a-t-elle fait remarquer à M. de Bausset, le Préfet du Palais. Napoléon veut s’épargner des scènes publiques.

Des scènes, justement, combien en a-t-il essuyées au cours de ces deux dernières années ? Déjà au début de 1808, peu avant le départ pour Bayonne, un soir, au moment de se mettre au lit, il avait perdu toute contenance et, pressant l’impératrice dans ses bras, il lui avait répété en pleurs: « Ma pauvre Joséphine, je ne pourrai point te quitter ! » . Dans ces moments aussi extrêmes, Joséphine plus maîtresse d’elle-même que jamais, adopte le ton des grands jours et vouvoie l’empereur. Elle le console, le prie de se calmer « Sire, sachez ce que vous voulez, lui dit-elle, et finissons de telles scènes. » Cette situation la met dans un état d’agitation perpétuelle, au point que chaque coup donné à sa porte lui provoque des battements de cœur si violents qu’elle peut à peine respirer. Leur retour à Paris le 14 novembre 1809 annonce la fin du drame. L’empereur qui a toujours redouté le spectacle de la sensibilité féminine, a constamment adopté dans les circonstances pénibles une attitude rigide et froide. Joséphine et Hortense qui le connaissent bien, savent comment le décontenancer en adoptant un ton déterminé et calme. Aussi lorsque Napoléon convoque sa belle-fille pour lui annoncer sa décision et lui dire que rien ne saurait le faire changer d’avis, Hortense l’assure que sa mère « se soumettra, j’en ai la conviction, et nous nous en irons tous, emportant le souvenir de vos bontés ». A ces mots, l’empereur s’agite: « quoi ! vous me quitterez tous, vous m’abandonnerez ! Vous ne m’aimerez donc plus ? ». Il répand des larmes, sanglote , incapable de cacher son émotion, sentant le besoin de justifier cette attitude qui n’est dictée que par la raison d’Etat. Le sacrifice n’est facile pour personne. Napoléon lui-même s’y résout péniblement, surtout en présence d’Eugène et d’Hortense. Il aime Joséphine, il la regrettera, mais si son cœur hésite encore, sa décision est arrêtée.

La fameuse scène de l’évanouissement de Joséphine se déroule aux Tuileries le 30 novembre, trois jours après qu’Hortense a informé sa mère de la décision de l’empereur. Napoléon en sort profondément troublé. Il confie à M. de Bausset : « L’intérêt de la France et de ma dynastie a fait violence à mon cœur ; le divorce est devenu un devoir rigoureux pour moi ; je suis d’autant plus affligé de la scène que vient de faire Joséphine que depuis trois jours elle a dû savoir par Hortense la malheureuse obligation qui me condamne à me séparer d’elle. Je la plains de toute mon âme, je lui croyais plus de caractère et je n’étais pas préparé aux éclats de sa douleur. »

Lien : Le divorce de Napoléon et Joséphine (2)

© Bernard CHEVALLIER, directeur des châteaux de Malmaison et Bois Préau, du musée napoléonien de l’Île d’Aix, et de la Maison Bonaparte à AJaccio, conservateur général du patrimoine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :