décembre 11, 2007

PRISE DE RATISBONNE (1809)

Posted in Campagne d'Autriche (1809), Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , à 10:01 par napoleonbonaparte

Napoléon blessé au pied devant Ratisbonne le 23 avril 1809

Cela ne peut être qu’un Tyrolien qui m’ait ajusté de si loin : ces gens là sont fort adroits.

(Napoléon Bonaparte)

Ratisbonne (Prise de). Le lendemain de la victoire d’Eckmülh, L’objectif de Napoléon fut de marcher sur la capitale autrichienne à l’instar de ce qu’il fit lors du déroulement de la campagne de 1805. C’est donc dans cette optique qu’il se décida de s’emparer de Ratisbonne, bien secondé dans ses desseins par les meilleurs de ses maréchaux Lannes et Davout. L’opération se solda par un nouveau succès le 23 avril 1805, événement au cours duquel l’Empereur fut légèrement blessé au pied. La prise de Ratisbonne vit alors l’armée autrichienne commandée par l’archiduc Charles battre en retraite et ainsi ouvrir la route de Vienne à la Grande Armée.

Lien : Prise de Ratisbonne sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

Publicités

novembre 16, 2007

BATAILLE D’ESSLING (1809)

Posted in Campagne d'Autriche (1809), Napoléon tagged , , , , , , , , , , à 5:24 par napoleonbonaparte

Retour de Napoléon sur l’île de Lobau le 23 mai après la bataille d’Essling d’Essling (20 au 22 mai 1809)

C’est avec horreur que je fais la guerre.

(Napoléon Bonaparte)

Essling (Bataille d’). Du 20 au 22 mai 1809 l’armée française forte de 50.000 hommes et commandée par l’Empereur en personne, eut à subir un choc terrible à Essling, de l’archiduc Charles à la tête de 90.000 Autrichiens. Malgré l’infériorité du nombre, les Français tinrent en echec, pendant deux jours, les forces autrichiennes, mais malgré le courage déployé, et les prodiges de valeur des officiers généraux et des soldats, la partie fut perdue, c’est à dire que des deux côtés il n’y eut point de résultat. Les pertes de l’armée française furent sensibles. Lannes y fut tué, ainsi que le général de division Espagne et le général de brigade Pouzet. Les généraux blessés furent Gros, Lagrange, Navalet, de Stabenrath, Saint-Hilaire, Clarapède, Tharreau, Legrand, Durosnel, Mouton, et Franquemont. Essling, lieu du carnage, était une petite ville de l’archiduché d’Autriche.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Liens : Bataille d’Essling sur Wikipedia

novembre 14, 2007

BATAILLE DE WAGRAM (1809)

Posted in Campagne d'Autriche (1809), Napoléon tagged , , , , , , , , , , , à 2:09 par napoleonbonaparte

Napoléon à la bataille de Wagram (5 et juin 1809)

La guerre est un jeu sérieux, dans lequel on peut compromettre sa réputation et son pays ; quand on est raisonnable, on doit se sentir et connaître si l’on est fait ou non pour ce métier.

(Napoléon Bonaparte)

Wagram (Bataille de). A la tête de la Grande Armée, Entourés de nombreux maréchaux (Berthier, Bernadotte, Bessières, Davout, Lefebvre, et Masséna), l’Empereur Napoléon affronta l’armée autrichienne commandée par l’archiduc Charles les 5 et 6 juin 1809. Cette victoire des troupes françaises mit fin à la Cinquième coalition. Les pertes humaines lors de ces journées d’un âpre combat furent considérables (près de 40.000 morts ou blessés dans chacun des deux camps). Le plus célèbre des hussards, le flamboyant général Lasalle y laissa la vie, alors que Marmont, Oudinot et Macdonald, plus heureux, y gagnèrent le prestigieux baton. Napoléon les fit en effet accèder au maréchalat six jours après la bataille.

Lien : Bataille de Wagram sur Wikipedia