février 18, 2008

MARECHAL DAVOUT (1770-1823)

Posted in BIOGRAPHIES DES MARECHAUX D'EMPIRE, Maréchaux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 11:40 par napoleonbonaparte

Maréchal Louis-Nicolas Davout (1770-1823), duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl

Ce maréchal a déployé une bravoure distinguée et de la fermeté de caractère, première qualité d’un homme de guerre.

(Napoléon Bonaparte)

Maréchal DAVOUT (Louis-Nicolas), duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl, général français, né à Annoux (Yonne) le 10 mai 1770, mort à Paris le 1er juin 1823. On commet généralement, en écrivant ce nom, une erreur orthographique qui semble remonter à la campagne d’Egypte. Un général de cavalerie, mort pendant cette expédition, s’appelait DAVOUST ; mais il n’avait avec le maréchal aucun lien de parenté. Issu d’une famille noble, mais pauvre, Davout entra, en 1785, à l’Ecole militaire de Paris (et non à Brienne, comme l’ont écrit la plupart des biographes, qiu le font, à tort, condisciple de Bonaparte), et en sortit, en 1788, avec le grade de sous-lieutenant au régiment de Champagne (cavalerie). Là, au lieu de mener la vie brillante et dissipée des officiers de son régiment, il consacrait à l’étude les loisirs que lui laissait le service. Aussi son oncle, major dans le même corps, disait-il de lui : « Mon neveu Davout ne fera jamais rien ; il ne sera jamais un militaire. Au lieu de travailler sa théorie, il s’occupe de Montaigne, de Rousseau et d’autres farceurs. » 179 éclate ; Davout, alors en garnison à Hesdin, embrasse avec ardeur les principes rénovateurs et a, l’occasion de professer ouvertement sa foi à la liberté. Le régiment dont il faisait partie offrait un banquet à un régiment de passage à Hesdin. Vers la fin du repas, un officier de noblesse se leva et porta ce toast : « Je propose une santé que nous avons tous dans le cœur, bien que, dans ces temps de liberté, on ne nous permette pas de la porter ; et je me flatte qu’il n’y a pas parmi nous de j… f….. qui en propose une autre : à la santé du roi ! » Davout, sur lequel tous les regards s’étaient portés, se leva à son tour et répliqua froidement : « C’est moi, messieurs, qui suis le j… f….. dont monsieur a voulu parler. A la santé de la nation ! » Davout quitta le régiment : une révolte avait éclaté parmi les soldats, et il avait été considéré comme le fauteur de cette rébellion ; il fut prouvé plus tard, par une enquête, que tout le monde avait eu tort dans cette affaire, excepté Davout ; mais il n’en avait pas moins été mis en disponibilité, et il revint dans l’Yonne organiser les bataillons de volontaires : le troisième bataillon l’élut lieutenant-colonel. Il servit dans l’armée du Nord, successivement sous les ordres de Lafayette, de Kilmaine, de Custine et de Dumouriez, qu’il poursuivit inutilement avec son bataillon lors de la trahison de ce général. Exclu de l’armée en 1793, à cause de son origine noble, il fut réintégré dans les cadres en 1794, et nommé général de brigade pendant le siège de Luxembourg. Il passa alors à l’armée du Rhin sous Pichegru, et fut fait prisonnier à Manheim. Mis en liberté sur parole, il se retira quelque temps dans sa famille, et, pendant son inaction forcée, étudia très sérieusement l’art militaire. Au bout de quelques mois il rejoignit l’armée du Rhin, commandée par Marceau, prit ensuite part à l’expédition d’Egypte où il se signala par son infatigable courage, et fut le seul général qui refusa de signer, après le départ de Bonaparte, la capitulation du Caire. Quand, malgré ses énergiques protestations, ses collègues eurent apposé leur nom au bas de ce honteux traité, il reprit aussitôt, avec Desaix, le chemin de la France. En 1800, il obtint, à l’armée d’Italie, le grade de général de division ; en il fut rappelé à Paris par Bonaparte, qui lui fit épouser la sœur du général Leclerc, et lui confia, avec la direction du camp de Bruges, le commandement du troisième corps de l’armée d’Angleterre. Nommé maréchal en 1804 Davout fit ses débuts comme administrateur et homme politique, dans la présidence des élections de l’Yonne. L’année suivante, il ouvrait la campagne du Rhin à la tête de son corps qui formait l’aile gauche de la grande armée, et enlevait aux Prussiens, en quelques jours, cent quatre-vingt-onze pièces de canon. Aussi reçut-il, en récompense de sa merveilleuse activité, le grand cordon de la Légion d’honneur et le titre de général des grenadiers à pied de la garde. Après la paix de Presbourg, il alla présider les élections de la Côte-d’Or ; puis il prit part à la campagne de 1806 contre la Prusse et gagna la sanglante bataille d’Auerstaedt. Profitant de la proximité de la Pologne, il encourage, parmi les libéraux de cette nation, un mouvement indépendant que fait avorter un soulèvement de la Prusse ; contraint alors d’abandonner le peuple qu’il espérait ressusciter, il court se couvrir de gloire à Eylau, à Friedland et à Tilsitt. De juillet 1807 à la fin de 1808, il fut investi du gouvernement de la ville et du duché de Varsovie. C’est alors que des jaloux l’accusèrent d’aspirer à reconstituer à son profit la royauté polonaise. Mécontent de l’élevation de Bernadotte, blessé de la tentative faite, sans autorisation, par Soult, pour se faire adjuger la couronne de Portugal, Napoléon crut aussi à l’ambition de Davout et lui témoigna une injuste défiance. Il ne devait pourtant pas oublier que, dans toute sa correspondance, Davout n’avait cessé de lui présenter le prince Poniatowski comme le seul candidat possible au trône de Pologne, et il eût dû garder toujours présentes à l’esprit les fières paroles de la maréchale Davout qu’il interrogeait sur les velléités royales de son mari : « Hé bien ! maréchale, est-ce que vous n’avez point désiré être reine de Pologne ? » Mme Davout répondit : « Je ne désire que ce que désire le maréchal ; et il tient trop à rester Français pour être roi de quelque pays que ce soit. ». Froissé par ces injustes soupçons, Davout remit au roi de Saxe le gouvernement de Varsovie et vint reprendre son service dans la guerre déclarée à l’Autriche. A Eckmühl, il lutte seul pendant trois jours, avec deux divisions, contre l’armée autrichienne entière qu’il force à la retraite. La paix signée à Vienne en octobre 1809, Davout est chargé de la garde de Hambourg et du blocus des côtes du Nord ; en outre, Napoléon lui donne cette écrasante mission, la réorganisation de la grande armée pour la campagne de Russie. Non-seulement Davout doit dresser six cent mille soldats ; il lui faut encore rassembler le matériel, l’équipement et les transports nécessaires pour cette masse de combattants. En 1812 s’ouvre cette désastreuse expédition : le maréchal, qui en avait prévu l’échec et les suites fatales, ne put que conjurer par sa valeur, sa fermeté, son dévouement, les malheurs qui fondirent sur nos soldats. Dans la retraite, on le vit se multiplier, payer à toute minute de sa personne. Et pourtant il se vit enlever son commandement, qui fut transféré à Ney. Il alla alors s’enfermer dans Hambourg qu’il défendit contre les Russes, et qu’il ne leur remit qu’en sur un ordre authentique et exprès de Louis XVIII. De retour en France, il fut très mal accueilli par le roi, qui lui signifia l’ordre de se retirer immédiatement dans sa terre de Savigny ; les pamphlets royalistes déchirèrent alors à l’envie le défenseur de Hambourg. Le maréchal laissait, impassible, se produire toutes ces infamies ; toutefois, sur les supplications de sa famille, il publia un mémoire justificatif très digne, et surtout très concluant, qui fit taire la calomnie. Aux Cent-Jours, Napoléon chargea Davout de lui organiser une armée et de préparer la défense nationale. Davout émit à ce moment des conseils dont la franchise déplut au souverain. Le prince d’Eckmühl croyait toujours à la vitalité de la nation, mais il n’avait plus confiance dans l’Empire ; il parla à cœur ouvert ; aussi, malgré ses instances réitérées, Davout ne put-il obtenir le commandement de l’aile droite. L’impérieux Bonaparte lui préféra Grouchy. On sait ce qu’il advint de cette préférence. Waterloo brisa l’ambition du maître. Davout essaya de remonter l’esprit de Napoléon. Rien, suivant lui, n’était désespéré ; on pouvait tout attendre en s’adressant au cœur de la France. Mais l’Empereur était démoralisé, et il entendait l’exécration publique monter peu à peu autour de son nom. Le maréchal exposa nettement la situation, donna son avis, et pour soustraire Napoléon aux mille influences contradictoires qui faisaient, à chaque instant, dévier sa résolution, il l’engagea à s’enfermer à la Malmaison. C’est cet épisode de la vie de Davout que les malveillants et les envieux ont tourné contre lui pour incriminer sa mémoire. On l’a accusé d’avoir manqué de respect à une majesté tombée. Une seule circonstance a suffi pour anéantir cette imputation et pour donner un éclatant démenti au récit apocryphe de Fleury de Chaboulon qui, seul de tous les historiens ou écrivains de mémoires, a raconté la mensongère altercation reprochée à Davout. A la bibliothèque de Sens se trouve un exemplaire des Mémoires de Fleury de Chaboulon annoté de la main même de Napoléon, à Sainte-Hélène, et donné à la ville de Sens par Saint-Denis, ancien valet de chambre de l’Empereur. Nous reproduisons trois notes extraites de cet ouvrage. « On doit regarder comme d’invention pure les discours et les propos que l’on prête à l’empereur Napoléon. L’auteur le fait parler et penser selon ses propres opinions et selon les dires des gens du premier salon de service. L’auteur se reprochera toute sa vie cet ouvrage, où il compromet tant de pères de famille et calomnie tant de grands et illustres citoyens. » Enfin, en marge du récit des prétendues invectives adressées par Davout à l’empereur, celui-ci a écrit ces mots significatifs : « Quelle injustice que ce portrait ! » Après le départ de Napoléon pour la Malmaison, commencèrent les indécisions, les négociations, les entrevues. Davout était toujours attaché à l’Empereur, tout en considérant l’Empire comme fini. L’ennemi cernait Paris : le prince d’Eckmühl proposa la résistance, si le gouvernement provisoire autorisait la lutte. Carnot démontra l’impossibilité du succès et Davout dut s’incliner devant l’opinion générale. Mais les insolences des alliés croissant en raison de l’accumulation de leurs troupes, le maréchal voulut leur prouver que la France n’était pas encore écrasée. Il sort avec une poignée d’hommes et va exterminer, entre Verrières et Versailles, plusieurs régiments prussiens ; puis il attend le signal de la bataille. On lui envoie l’ordre de traiter. Il examine alors froidement la position : la lutte longue et périlleuse, la cause impériale perdue, les Bourbons acclamés, la trahison au dedans et au dehors. Il voit la France pillée, Paris bombardé, trente millions d’hommes en péril pour conserver une couronne. Il impose silence à ses sympathies, à ses instincts guerriers, à ses sentiments patriotiques, et il signe la convention de Saint-Cloud du 3 juillet. Alors, comme il était le plus en vue, comme de lui avait dépendu en quelque sorte le salut de l’Empire, tous les lâches qui avaient trahi rejetèrent sur lui leur infamie, l’accusèrent d’avoir reculé et de leur avoir donné l’exemple de la désertion. Davout se démit aussitôt du portefeuille de la guerre et se retira, avec les débris de notre armée, derrière la Loire, emportant avec lui les trésors du musée d’artillerie, les dessins topographiques et les plans en relief des places fortes. Les souverains alliés exigèrent la remise de ces collections : Davout refusa et les garda. Le 6 juillet, il négocia le ralliement de l’armée de la Loire au gouvernement des Bourbons, en sauvegardant les intérêts de ses compagnons d’armes, dont il se sépara le cœur brisé. Puis il vint à Paris, se vouer corps et âme à la défense de Ney et protester de toutes ses forces contre sa mise en accusation. Une ordonnance royale lui supprima son titre de maréchal avec tous ses traitements et l’exila à Louviers. Toutefois, en 1817, il fut réintégré dans ses titres, et, en 1819, il accepta une place a la Chambre des pairs, où il prêta au libéralisme l’appui de son nom et de sa haute raison. Cependant la santé du maréchal, qui avait bravé victorieusement tant de périls, tant d’assauts physiques et moraux, reçut tout à coup une grave atteinte. La mort de sa fille lui porta un coup dont il ne se releva point. Le croirait-on ? Les défiances de la Restauration ne cessèrent pas devant ce cercueil. Les invalides ayant exprimé le vœu d’assister au service funèbre, le gouverneur de l’hôtel reçut l’ordre de les consigner et de tenir les portes fermées pendant toute la durée de la cérémonie. Quelques-uns de ces vieux soldats ayant réussi à braver la consigne et à s’échapper par-dessus les murs pour escorter leur ancien chef à sa dernière demeure, le gouvernement résolut de les punir et de les chasser de leur refuge. Il fallut que la maréchale Davout fît trêve à sa douleur, et allât, le lendemain de l’enterrement, solliciter elle-même le pardon des insoumis ! On eut, au moins, la pudeur de ne pas lui refuser la grâce qu’elle demandait.

(Extrait du dictionnaire Larousse du dix-neuvième siècle)

Liens : Maréchal Davout (1770-1823), duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl – Maréchal Davout sur Wikipedia – Souvenir Davout

http://www.lerubicon.com

Publicités

février 17, 2008

MARECHAL BERNADOTTE (1763-1844)

Posted in BIOGRAPHIES DES MARECHAUX D'EMPIRE, Maréchaux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 9:49 par napoleonbonaparte

Maréchal Jean-Baptiste Bernadotte (1763-1844)

Il a manqué de me faire perdre la bataile d’Iéna ; il s’est médiocrement conduit à Wagram, il ne s’est pas trouvé à Eylau lorsqu’il aurait pu y être, et n’a pas fait à Austerlitz ce qu’il aurait pu faire.

Il était suédois en quelque sorte et n’a jamais promis que ce qu’il avait l’intention de tenir. Je puis l’accuser d’ingratitude, non de trahison.

Bernadotte est l’une de mes erreurs.

(Napoléon Bonaparte)

Maréchal BERNADOTTE (Jean-Baptiste Jules), général français, puis roi de Suède, né à Pau le 26 janvier 1763, mort à Stockholm en 1844. Il était fils d’un avocat, s’engagea à dix-sept ans dans le régiment de Royal-Marine, et n’était encore que sergent en 1789. Mais les événements lui donnèrent bientôt l’occasion de déployer ses talents. Colonel en 1792, il fut nommé général de brigade l’année suivante, sur la recommandation de Kléber, contribua à la glorieuse victoire de Fleurus (1794), où il commandait une division de l’armée de Sambre-et-Meuse, assista au passage du Rhin, près de Neuwied, s’empara d’Altorf, soutint la retraite de Gourdau, mais essuya une défaite en combattant contre l’archiduc Charles. En 1797, il passa à l’armée d’Italie, et, malgré quelques dissentiments de caractère et d’opinion avec Bonaparte, dont il avait pénétré les vues ambitieuses, il le seconda vaillamment au passage du Tagliamento, à Palmanova, à Gradisca s’empara de Trieste, fut chargé de porter au Directoire les drapeaux enlevés à l’ennemi, se prononça énergiquement pour le coup d’Etat du 18 fructidor, reçut l’ambassade de Vienne après le traité de Campo-Formio, et provoqua dans cette ville un mouvement populaire en arborant le drapeau tricolore à la porte de son hôtel. De retour à Paris, il se lia avec Joseph Bonaparte, dont il épousa la belle-sœur, Julie Clary, fille d’un négociant de Marseille, reçut en 1799 le commandement de l’armée d’observation du Bas-Rhin, bombarda Philipsbourg, prit Manheim, fit chasser de Francfort les agents de l’Autriche, et fut appelé au ministère de la guerre après l’épuration du Directoire (30 prairial). Dans ce département, il rendit des services réel , réorganisa la défense militaire, réprima les spoliations et introduisit d’importantes améliorations dans toutes les parties du service. Renversé par les intrigues de Sieyès, qui le trouvait trop démocrate, il vécut quelque temps dans la retraite, désapprouva formellement l’acte du 18 brumaire, et fut nommé par le gouvernement consulaire général en chef de l’armée d’Ouest, battit en plusieurs rencontres les royalistes et empêcha le débarquement des Anglais à Quiberon (1800). Disgracié un moment, il reçut cependant de nouveaux commandements et la dignité de maréchal de France en 1804. Plus tard, cet ancien général jacobin fut créé prince de Ponte-Gorvo ; mais le dissentiment ne continua pas moins d’exister au fond de ses relations avec le maître qui s’était imposé à la France. Sous l’Empire, son rôle militaire ne fut pas moins brillant que pendant les guerres de la Révolution. En 1805, il agit en Allemagne, occupa Wurtzbourg, rétablit dans Munich l’électeur de Bavière, allié de Napoléon, contribua à la mémorable victoire d’Austerlitz, fut vainqueur à Saafeld ; pendant la guerre contre la Prusse, emporta Hall, vainquit, avec Soult et Murat, le prince de Wurtemberg sous les murs de Lübeck, pénétra en Pologne après la capitulation de Magdebourg, battit les Russes près de Thorn, remporta une nouvelle victoire à Braumberg, commanda en 1808 dans la Fionie, le Jutland et les villes hanséatiques, et laissa dans ces contrées un honorable souvenir de son administration. En 1810, les états de Suède, sentant pour leur pays le besoin d’un guerrier et d’un administrateur, le proclamèrent prince royal de Suède et héritier présomptif de la couronne. Il partit sans vouloir asservir sa politique future aux plans de Napoléon, fut accueilli comme un fils par Charles XIII, qu’il entoura jusqu’à ses derniers jours de déférence et de soins affectueux. Dès ce moment il régna de fait, et la Suède n’eut qu’à s’applaudir de son choix. Mais les intérêts de sa patrie adoptive, les devoirs nouveaux que lui imposait sa position, les exigences despotiques de Napoléon, l’envahissement de la Poméranie et de l’île de Rugen par les troupes françaises, l’entraînèrent dans la coalition de 1812. Il essaya cependant de jouer le rôle de médiateur, et il écrivit à l’Empereur des lettres fort sensées pour l’engager à ne point s’opposer à la paix du continent. L’injustiflable agression du monarque français, ses menaces, ses injonctions insultantes, l’inintelligente hauteur avec laquelle il traita une nation qui eût pu lui être d’un secours inappréciable pour son expédition de Russie, portèrent leurs fruits. Le prince royal (Bernadotte) remporta sur Ney et Oudinot les victoires de Grossbeeren et de Dennewitz (1813), décida du succès de la bataille de Leipzig, mais ne prit aucune part à l’invasion de la France, pour laquelle il s’était fait promettre des souverains la conservation de ses limites naturelles. On a prétendu qu’alors il nourrissait l’espérance secrète d’être choisi pour remplacer Napoléon sur le trône. Malgré sa réserve prudente pendant la campagne de France, il fut mal accueilli à Paris ; lorsqu’il parut en 1814. A la mort de Charles XIII (1818), il fut proclamé roi de Suède et de Norvège, et prit le nom de Charles-Jean IV. Malgré la prédiction de Napoléon, il a conservé paisiblement le trône pendant vingt-cinq ans, jusqu’à la fin de sa vie, et put le transmettre à son fils Oscar. Son règne fut une ère de prospérité pour les Suédois , qui lui témoignèrent toujours un vif attachement. Il a relevé le pays qui l’avait adopté d’une décadence qui semblait irrémédiable. Commerce, agriculture, industrie, finances, marine, travaux publics, tout s’est ranimé par ses soins intelligents et son activité. On a publié en 1819 (Paris) sa Correspondance avec Napoléon, ainsi qu’un Recueil fr lettres, proclamations et discours (Stockholm, 1825).

(Extrait du dictionnaire Larousse du dix-neuvième siècle)

Liens : Maréchal Bernadotte (1763-1844) prince de PontecorvoMaréchal Bernadotte sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

janvier 15, 2008

CLAUDE AMBROISE REGNIER (1736-1814), DUC DE MASSA

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 1:03 par napoleonbonaparte

Claude Ambroise Régnier (1736-1814), Duc de Massa

Je suis mon ministre. C’est moi qui mène mes affaires. Je suis donc assez fort pour tirer un bon parti des hommes médiocres. De la probité, de la discrétion et de l’activité, voilà tout ce que je demande.

(Napoléon Bonaparte)

Régnier (Claude-Ambroise, duc de Massa). Homme d’Etat français, né à Blamont (Lorraine) le 6 avril 1736, mort à Paris le 24 juin 1814, était avocat à Nancy lorsqu’il fut élu, en 1789, député aux états généraux. Régnier ne s’occupa guère, à l’Assemblée constituante, que de questions judiciaires. Il y fit rejeter l’application du jury en matière civile, l’ambulance des juges d’appel, et se prononça pour qu’on donnât des indemnités pécuniaires aux personnes qui, arrêtées et détenues préventivement, seraient acquittées par le jugement. Cette proposition ne fut point adoptée. A l’occasion de l’insurrection du peuple et de la garnison de Nancy, Régnier défendit la municipalité contre les attaques dont elle était l’objet et approuva la conduite du marquis de Bouille. Au mois de juin 1791, il fut envoyé en mission dans les départements des Vosges et du Rhin pour calmer l’esprit public et la fermentation qu’avait fait naître la fuite de Louis XVI. Lorsque l’Assemblée constituante se sépara, Régnier, qui avait voté à peu près constamment avec le parti modéré, rentra dans la vie privée et disparut complètement de la scène politique pendant la période des grands orages révolutionnaires. Lors de la mise en vigueur de la constitution de l’an III, il fut élu député au Conseil des Anciens par le département de la Meurthe et se montra alors désireux de voir maintenues les institutions républicaines ; il se prononça contre le retour et le rappel des prêtres déportés ou exilés, soutint la loi du 3 brumaire, devint secrétaire, puis président du conseil (1796) et resta complètement étranger aux événements du 18 fructidor. Réélu au conseil des Anciens en 1799, il appuya la proposition faite par Courtois de faire fermer le club du Manège ; puis, au retour de Bonaparte de l’Egypte, il se jeta dans le parti qui conspirait la chute du Directoire et voulait donner le pouvoir au général corse. Le 17 brumaire, il prit part à une réunion tenue chez Lemercier, président du conseil des Anciens, pour préparer les mesures nécessaires à la réussite du coup d’Etat projeté, et présenta au conseil, le 18 brumaire au matin, un projet de décret qui transférait les deux Chambres législatives à Saint-Cloud. Après le Coup d’Etat qui jetait la France dans le despotisme de l’ambitieux Bonaparte, Régnier fut nommé président de la commission intermédiaire chargée de préparer une nouvelle constitution ; il entra au conseil d’Etat, fit rétablir la marque pour crime de faux, devint, en 1802, grand juge (ministre de la justice), ayant dans ses attributions la police, et mérita, par le zèle avec lequel il dirigea les poursuites contre Cadoudal, Pichegru et autres, d’être créé grand officier de la Légion d’honneur en 1804. Toutefois, en 1804, Napoléon, tout en lui laissant le ministère de la justice, lui enleva le ministère de la police, qui fut donné à Fouché. L’année suivante, il reçut le grand cordon de la Légion d’honneur et, le 15 août 1809, le titre de duc de Massa. Le 19 novembre 1813, son maître lui retira le portefeuille de la justice pour lui confier la présidence du Corps législatif, avec le titre de ministre d’Etat. Régnier se trouva alors en face de cette commission extraordinaire qui, en sonnant, pour ainsi dire, le réveil de la liberté, porta un si grand trouble dans l’esprit du chef de l’Etat, habitué dès longtemps à la plus servile soumission. Lorsque, le 28 décembre 1813, le rapporteur de cette commission eut commencé la lecture de son énergique rapport, le duc de Massa, effrayé du mâle langage de l’orateur, l’interrompit en s’écriant : « Ce que vous dites là, est inconstitutionnel. – Il n’y a d’inconstitutionnel ici que votre présence, » lui répliqua le rapporteur, faisant allusion à ce que Régnier n’était point membre du corps politique qu’il présidait. Régnier occupait encore le fauteuil de la présidence lorsque Bonaparte abdiqua en I814. Il écrivit alors (8 avril) au gouvernement provisoire pour lui demander des instructions, mais ne reçut aucune réponse. Privé tout à coup de toutes ses dignités, cet homme d’Etat, qui, depuis 1799, n’avait cessé d’être un courtisan, éprouva le plus vif chagrin de l’effondrement de sa fortune et succomba deux mois plus tard.

(Extrait du dictionnaire Larousse du dix-neuvième siècle)

Lien : Claude Ambroise Régnier sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

janvier 13, 2008

LES GENERAUX DE NAPOLEON – GENERAL SAVARY (1774-1833), DUC DE ROVIGO

Posted in Dignitaires civils, Généraux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , à 11:44 par napoleonbonaparte

Général Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833, duc de Rovigo

Savary est un homme secondaire, qui n’a pas assez d’expérience et de calme pour être à la tête d’une grande machine. Du reste c’est un homme d’énergie, de zèle et d’exécution.

Il ne faut pas laisser entrevoir à Savary l’opinion que j’ai de son incapacité.

(Napoléon Bonaparte)

Savary (Anne-Jean-Marie-René, duc de Rovigo). Général et homme politique français, né à Marcq (Ardennes) le 26 avril 1774, mort à Paris le 2 juin 1833. Son père, attaché comme major à la place de Sedan, le fit élever au collège de Saint-Louis, à Metz. Savary avait à peine seize ans lorsqu’il  s’engagea dans un régiment de cavalerie, le Royal-Normandie. Grâce au départ de la plupart des officiers qui émigrèrent, il devint sous-lieutenant, puis servit dans l’armée de Custine et fut promu capitaine. Nommé officier d’ordonnance de Pichegru, puis de Moreau, Savary se fit remarquer par sa bravoure au passage du Rhin, à Freiberg en Saxe, et obtint alors le grade de chef d’escadron (1797). Desaix, avec qui il se lia à cette époque, l’ayant pris pour aide de camp, il l’accompagna dans toutes ses campagnes, à l’armée du Rhin, en Egypte (1798-1800) et en Italie, sur le champ de bataille de Marengo. C’est lui qui, après la mort de ce vaillant général, apporta son corps dans la tente de Bonaparte. (Celui-ci le prit alors pour son propre aide de camp et, à partir de cette époque, Savary devint l’homme de confiance de Napoléon ; il le suivit presque partout et reçut de lui les missions les plus délicates, sinon toujours les plus honorables. Il fut chargé notamment de découvrir les auteurs de l’enlèvement du comte Clément de Ris et d’aller secrètement en Vendée pour y découvrir les complices de Cadoudal. Nommé, en 1800, colonel et commandant de la gendarmerie d’élite, chargé de veiller à la sûreté du premier consul, il devint en même temps directeur d’un bureau de police secrète. Savary, promu général de brigade en 1803, reçut le commandement des troupes réunies à Vincennes, présida à l’exécution du duc d’Enghien et s’opposa, au rapport du général Hulin, à ce que le duc eût, selon son désir, un entretien avec Bonaparte. Après cette affaire et la mort mystérieuse de Pichegru, Savary vit augmenter encore la faveur dont il jouissait auprès du chef de l’Etat, dont il devait être constamment l’instrument aveugle. Général de division et grand officier de la Légion d’honneur en 1805, il fit avec Napoléon les campagnes de 1805 et de tantôt comme général, tantôt comme diplomate. Il fit prisonnier un régiment de hussards après la bataille d’Iéna, s’empara de la place de Hameln (1806). Le 16 février il gagna sur les Russes la bataille d’Ostrolenka, à la tête du 5e corps d’armée, qu’il commandait en l’absence du maréchal Lannes : c’est son plus beau titre de gloire. Bonaparte le récompensa par le brevet d’une pension de 20.000 francs et par le cordon de grand-aigle de la Légion d honneur. Après les batailles d’Heilsberg et de Friedland, auxquelles il prit part, Savary reçut le gouvernement de la Vieille-Prusse, qu’il quitta pour se rendre, après la paix de Tilsit, à Saint-Pétersbourg, en qualité d’ambassadeur. Rappelé peu après, il reçut, en février 1808, le titre de duc de Rovigo, avec une dotation de 15.000 francs, et fut envoyé, le mois suivant, en Espagne pour décider la famille royale d’Espagne à faire le voyage de Bayonne, qui devait lui coûter un trône. Il s’acquitta avec son habileté ordinaire de cette tortueuse mission, berna complètement Ferdinand VII, qu’il conduisit à Bayonne, fut chargé de lui signifier que la maison de Bourbon avait cessé de régner en Espagne, puis retourna à Madrid, où il prit le commandement des troupes françaises pendant la maladie de Murat. Le duc de Rovigo conserva ce poste, dans la situation la plus difficile, jusqu’à l’arrivée du roi Joseph Bonaparte. De retour à Paris ; il reprit auprès de son maître ses fonctions occultes. « Sa faveur augmenta d’autant plus à cette époque, dit Michaud, que celle de Fouché et de Talleyrand parut s’être considérablement affaiblie. Il devint l’intime confident, le directeur spécial des opérations les plus secrètes et surtout de ce qui appartenait à la sûreté personnelle de l’Empereur. A Paris, à l’armée, dans ses voyages, le duc de Rovigo ne quittait plus Napoléon. Après l’avoir accompagné aux conférences d’Erfurt, il le suivit encore en Espagne, à la prise de Madrid, dans cette courte campagne d’hiver contre l’armée anglaise, où il a raconté avec orgueil que Napoléon fit plusieurs lieues à pied, dans la neige, appuyé sur son bras. Il le suivit aussi dans la guerre d’Autriche en 1809. Le 3 juin il fut appelé à succéder à Fouché comme ministre de la police. Le duc de Rovigo a raconté lui-même l’impression fâcheuse que sa nomination fit sur le public. J’inspirais la frayeur à tout le monde, dit-il. Dès que je fus nommé, chacun fit ses paquets ; on n’entendit plus parler que d’exils, d’emprisonnements et pis encore ; enfin, je crois que la nouvelle d’une peste sur quelque point de la côte n’aurait pas plus effrayé que ma nomination au ministère de la police. » Son prédécesseur s’attacha à lui rendre la tâche difficile en ne le mettant en rien au courant des affaires dont il avait eu si longtemps la direction. Son administration fut telle qu’elle devait être en un temps où la légalité était le moindre souci d’un gouvernement odieusement tyrannique. Le duc de Rovigo fit remplir les prisons de républicains et de royalistes et traita avec rigueur Mesdames de Staël et Récamier. Malgré son incontestable et peu scrupuleuse habileté, il eut à subir la plus vive humiliation lors du coup de main de Malet. Arrêté par Lahorie le 23 octobre il fut enfermé pendant quelques heures à la Force. Il n’en conserva pas moins toute la confiance de son maître, qui l’appela au conseil de régence en mars 1814. Le duc de Rovigo suivit Marie-Louise à Blois, puis se retira dans une propriété qu’il possédait près de Fontainebleau. Créé pair au retour de Bonaparte de l’île d’Elbe et mis à la tête de toute la gendarmerie de l’Empire, après le désastre de Waterloo, il accompagna tristement son souverain sur le Bellérophon et demanda à partager son exil à Sainte-Hélène. Loin de lui accorder cette faveur, les Anglais l’envoyèrent à Malte comme prisonnier, pendant qu’à Paris on le condamnait à mort. Il s’évada au bout de sept mois (8 avril 1816), passa à Smyrne, où il se livra à de désastreuses opérations commerciales, puis se rendit en Autriche, qu’il quitta en 1819, et s’embarqua pour Londres. Quelques mois plus tard, il rentra en France pour y purger sa contumace et fut acquitté à l’unanimité, sur les plaidoiries de Dupin aîné (27 décembre 1819). En butte à la haine des royalistes, à propos de l’affaire du duc d’Enghien dont on faisait retomber tout le poids sur lui, il essaya d’établir qu’il n’avait été là que l’exécuteur des hautes œuvres et que toute la responsabilité devait remonter à Talleyrand, qui avait conseillé le sacrifice du prince. Il publia donc dans ce sens, en 1823, un petit volume in-8° ayant pour titre : Extrait des mémoires de M. le duc de Rovigo, concernant la catastrophe de M. le duc d’Enghien. Immense fut l’émotion produite par ces révélations inattendues ; elles donnèrent lieu à une avalanche de réponses et de pamphlets. En 1828 parurent les Mémoires du duc de Rovigo pour servir à l’histoire de l’Empereur Napoléon (in-8°), livre plein de détails curieux, mais dont la véracité, souvent suspecte, a été l’objet de vives critiques. A cette époque, Savary avait cru devoir se mettre en sûreté à Rome. Aussitôt qu’il apprit la Révolution de 1830, il se hâta de venir offrir ses services au nouveau gouvernement. Investi, à la fin de 1831, du commandement en chef des troupes françaises en Algérie, il resta dans ce pays jusqu’à ce que la maladie à laquelle il succomba l’eût obligé à revenir en France (1833).

(Extrait du dictionnaire Larousse du dix-neuvième siècle)

Lien : Général Savary sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

décembre 14, 2007

JEAN-BAPTISTE NOMPERE DE CHAMPAGNY (1758-1834), DUC DE CADORE

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , à 4:46 par napoleonbonaparte

Jean-Baptiste de Nompère de Champagny (1758-1834), duc de Cadore

Un homme propre à toutes les places la veille du jour qu’on l’y nommait.

(Talleyrand)

Nompère de Champagny (Jean-Baptiste, du de Cadore, et comte de). Député par le bailliage de Forez à la Constituante, en 1789 ; membre du Sénat conservateur, pair en 1814, pair des Cent-Jours et pair de France ; né à Roanne (Loire) le 4 août 1756, mort à Paris le 3 juillet 1834 ; fils de « messire Charles de Nompère de Champagny, chevalier, lieutenant de cavalerie au 1er régiment de Monseigneur le Dauphin, et de dame Geneviève du Bost de Boisnert ». Il entra dans la marine, où il devint major en 1786 ; ayant assisté à cinq combats, il fut fait chevalier de Saint-Louis. Secrétaire de l’Assemblée nationale en 1790. Arrêté comme suspect en 1793, fut remis en liberté. Le Premier Consul le fit entrer au Conseil d’Etat le 3 nivôse an VIII et le nomma ambassadeur à Vienne (1801), ministre de l’intérieur le 8 août 1804 ; en 1805, grand aigle de la Légion d’honneur. Il rédigea le décret qui rendait au culte le Panthéon de Saint-Denis. Il perdit le portefeuille des relations étrangères pour ne pas avoir pressenti les intentions de Napoléon vis-à-vis de la Russie (16 avril 1811). On lui donna en compensation le poste de ministre d’Etat ; il devint intendant des domaines de la couronne, pui sénateur. Les Bourbons le firent entrer à la pairie le 4 juin 1814. Au retour de l’île d’Elbe, Napoléon le nomma pair de l’Empire. Il prêta serment au gouvernement de juillet.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Jean-Baptiste Nompère de Champagny sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

novembre 29, 2007

JEAN-PIERRE BACHASSON (1766-1823), COMTE DE MONTALIVET

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , à 9:11 par napoleonbonaparte

Jean-Pierre Bachasson (1766-1823), comte de Montalivet

Montalivet, si honnête homme, qui m’est toujours demeuré tendrement attaché.

(Napoléon Bonaparte)

Montalivet (Jean-Pierre Bachasson, comte de). Pair des Cent-Jours, et pair de France, né à Neukirch, près de Sarreguemines, le 5 juillet 1766, mort au château de la Grange (Cher) le 22 janvier 1823 ; fils de « Charles-Victor Bachasson de Montalivet, commandant de Sarreguemines, et de Marthe-Charlotte Straot de Saint-Germain » ; avocat et conseiller du roi au parlement le 17 août 1785, il géra le finances de Grenoble, nommé prefet de la Manche le avril 1801, il passa à la préfecture de Seine-et-Oise le 21 mars 1804, entra au Conseil d’Etat en 1805 et devint directeur des Ponts et chaussées, le 1er octobre 1809, puis il remplaça au Cretet au ministère de l’intérieur. Il avait été fait comte de l’Empire le 27 novembre 1808. Pendant les Cent-Jours, il devint intendant général des biens de la Couronne, se rallia à la Restauration et entra à la Chambre des pairs le 3 mars 1819.

(Extrait du dictionnaire sur la révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Jean-Pierre Bachasson de Montalivet sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

novembre 22, 2007

LES AMIRAUX DE NAPOLEON – AMIRAL BRUIX (1759-1805)

Posted in Amiraux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , à 2:22 par napoleonbonaparte

Amiral Eustache Bruix (1759-1805), ministre de la marine

Bruix était assez bon marin, il avait de l’esprit, mais il était sans caractère et toujours valétudinaire.

(Napoléon Bonaparte)

Bruix (Eustache). Amiral et ministre, né à Saint-Domingue le 17 juillet 1759, mort à Paris le 18 mars 1805 ; entra en 1778 comme garde marine, fit la campagne et les guerres de l’indépendance des Etats-Unis, sur le Fox, sur le Concorde et sur le Médée ; fut promu enseigne de vaisseau en 1783, et lieutenant en 1789. En l’an II, il fut nommé major général de l’escadre commandée par Villaret-Joyeuse, passa avec le même grade sous les ordres de Morard de Galle, prit part à l’expédition d’Irlande, et, au retour, devint major général de la marine à Brest, contre-amiral en l’an VI et fut nommé ministre de la marine le 9 floréal de la même année, poste qu’il conserva jusqu’au 14 messidor an VII. En l’an XI, Bruix fut promu amiral et prit le commandement de la flotille réunie à Boulogne et destinée à une descente en Angleterre, mais la santé de l’amiral était tellement compromise qu’il fut obligé de revenir à Paris, et mourut quelques mois après. Il avait été en outre, grand officier de la Légion d’honneur, conseiller d’Etat et chef de la 13e cohorte.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Amiral Bruix sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

novembre 21, 2007

JEAN-ETIENNE-MARIE PORTALIS (1746-1807), « PERE » DU CODE NAPOLEON

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , à 11:36 par napoleonbonaparte

Jean-Etienne-Marie Portalis (1746-1807) “père” du code Napoléon

Portalis serait l’orateur le plus fleuri et le plus éloquent s’il savait s’arrêter.

(Napoléon Bonaparte)

Portalis (Jean-Etienne-Marie). Né à Beausset (Var) le 1er avril 1746, mort à Paris le 25 août 1807 ; fit ses études chez les oratoriens de Toulon et son droit à Aix. Il début dans le barreau vers 1763, en même temps qu’il se fit connaître dans les lettres par ses observations sur l’ouvrage intitulé Emile, ou De l’Education, et fut un des quatre administrateurs électifs de la Provence, connus sous le nom de procureurs du pays. ; député aux Etats de Provence, s’y fit remarquer par ses grandes capacités : chargé de la cause de Mme la comtesse de Mirabeau, contre son mari défendeur, il obtint gain de cause. Peu porté aux idées républicaines, à l’avènement de la Révolution, il n’eut qu’un médiocre succès ; en 1790, il refusa d’être l’un des trois commissaires chargés de l’organisation des trois départements formés par la Provence, se retira à la campagne jusqu’en 1792 ; s’étant rendu à Lyon, il en fut expulsé à la fin de 1793, réfugié à Villefranche, son secrétaire y fut assassiné ; il partit pour Paris, où, dénoncé, il fut arrêté ; mais grace à un ami, il put se réfugier dans une maison de santé, où il attendit que le 9 thermidor lui rendent la liberté. Il se fit aussitôt inscrire au barreau de Paris et en peu de temps acquit une grande célébrité. Au Conseil des Anciens, étant du parti contre-révolutionnaire qui faisait échec au Directoire, il unit ses efforts à ceux de Siméon, son beau-frère, Barbé-Marbois, Lebrun et autres ; il fut secrétaire, puis président de cette Assemblée. Au 18 fructidor, il dut se cacher en Suisse, puis en Allemagne, et ne rentra qu’au 18 brumaire. Ayant gagné la confiance de Bonaparte, il était conseiller d’Etat en 1800 ; il fut chargé plus particulièrement du Concordat. successivement, il fut nommé membre, grand aigle et grand officier de la Légion d’honneur ; en 1803, il entra à l’Institut et le 10 juillet 1804, était ministre des cultes ; sur la fin de ses jours, il perdit la vue, qu’il avait usée dans ses nombreux travaux, dont il nous a laissé quelques ouvrages. Son nom reste attaché au Code Napoléon. Désigné membre du comité de rédaction sous la direction de Cambacéres, son apport au travail juridique entrepris le fit considéré comme le « père » du Code Civil des Français.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Jean-Etienne-Marie Portalis sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

novembre 20, 2007

JEAN-GERARD LACUEE (1752-1841), COMTE DE CESSAC

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , à 1:17 par napoleonbonaparte

Jean-Gérard Lacuée (1752-1841), comte de Cessac - Ministre directeur de l’administration de guerre

Lacuée est un homme intègre ; plus propre que personne, après Daru, pour mener l’administration de guerre.

(Napoléon Bonaparte)

Lacuée (Jean-Gérard, comte de Cessac), officier général, législateur, membre de l’Institut et ministre, né à Massas près Agen (Lot-et-Garonne), le 4 novembre 1752, de « Jean-Chrisostome Lacuée, conseiller, lieutenant particulier, assesseur civil et criminel au siège d’Agen, et de Marie Duplex, mariés », mort à Paris le 14 juin 1841 ; entra dans l’armée, le 28 avril 1770, comme soldat au 29e d’infanterie, et était parvenu, le 29 mai 1783, au grade de capitaine en second ; Sous la Révolution, en 1790, il fut nommé procureur général syndic du Lot-et-Garonne. Elu, le 1er septembre 1791, par le même département, député à la Législative, il remplaça par intérim, après le 10 août, Servan au ministère de la guerre ; puis fut promu, le 3 février 1793, général de brigade ; fut accusé de fédéralisme, mais put échapper aux poursuites, et après le 9 thermidor, fut rappelé à l’activité et employé à l’armée des Pyrénées-Orientales. Le 24 vendemiaire an IV, il fut réélu, par le Lot-et-Garonne, député au Conseil des Anciens, vit son élection renouvelée le 27 germinal an VII et fut nommé membre de l’Institut, classe des sciences morales et politiques ; devint, le 4 nivôse an VIII, conseiller d’Etat, fut fait membre de la Légion d’honneur le 9 vendemiaire an XII et grand officier le 25 prairial suivant, puis promu général de division le 1er février 1805, et le 31 juillet 1806, directeur général des revues et de la circonscription militaire ; enfin ministre-directeur de l’administration de guerre le 3 janvier 1810. Dans le sein du Conseil, il vota contre la guerre avec la Russie, en 1812, et en 1814 suivit Marie-Louise à Blois, et ne la quitta qu’après l’abdication de l’Empereur. Nommé par Louis XVIII, inspecteur général d’infanterie, il publia à Angers une proclamation de dévouement aux Bourbons, se tint à l’écart pendant les Cent-Jours, ce qui ne l’empêcha pas d’être absolument mis de côté sous la seconde Restauration ; fit une demande pour entrer à la Chambre des Pairs, mais elle ne fut pas agréée. Il se livra alors à l’agriculture et à la littérature. Le gouvernement de juillet le nomma, le 19 novembre 1831, pair de France. Il siégea dans cette chambre jusqu’à sa mort.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Jean-Gérard Lacuée sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

octobre 31, 2007

LAZARE CARNOT (1753-1823), COMTE D’EMPIRE

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 4:11 par napoleonbonaparte

Lazare Carnot (1753-1823), comte d’Empire

Carnot était travailleur, sincère dans tout, sans intrigues, mais facile à tromper. Il montra toujours un grand courage moral. Il a été fidèle, probe, et toujours vrai.

(Napoléon Bonaparte)

Carnot (Lazare-Nicolas-Marguerite, comte), officier général, législateur et membre du Directoire, né à Nolay (côte d’Or), le 13 mai 1753, de « Claude Carnot, avocat et notaire, et de Marguerite Pothier », mort à Magdebourg (Prusse), le 2 août 1823 ; fut admis le 1er janvier 1771, à l’école du génie de Mézières, et en sortit le 1er janvier 1774, lieutenant en premier, fut promu le 14 décembre 1783 capitaine à l’ancienneté, et admis le 10 mars 1787 membre de l’Académie d’Arras. En 1791, il fut nommé président de la société des Amis de la Constitution et le 31 août de la même année élu député du Pas-de-Calais à la Législative, eut un début assez pénible, et fut soupçonné de trahison pour avoir proposé la démolition de la citadelle d’Arras ; d’abord incompris, il dut s’expliquer :  » une citadelle est une monstruosité dans un pays libre, un repaire de tyrannie contre lequel doivent s’élever l’indignation des peuples et la colère des bons citoyens. Je demande la destruction de toutes les bastilles du royaume ; voilà les vérités que vous n’avez pas voulu entendre. Eh ! Comment aurai-je été appuyé ? Je suis militaire, je parle peu, et je ne veux être d’aucun parti. » Reconnaissant leur erreur, les membres de la Législative revinrent à carnot et le nommèrent successivement au comité diplomatique, au comité d’instruction publique, et au comité militaire. Le 31 juillet 1792, nommé commissaire avec Gasparin et Lacombe Saint-Michel pour l’organisation du camp de Chalôns ; il montra une très grande activité et il était chargé de former une nouvelle armée quand le 6 septembre 1792, il fut réélu, par le Pas-de-Calais, membre de la Convention ; il fut envoyé en mission sur la frontière d’Espagne pour y organiser la défense. De retour à la Convention, il vota « la mort » dans le procès du roi, fut un des cinq membres envoyés en mission près de Dumouriez pour y instruire sa conduite et eut la chance de ne pas être arrêté avec ses collègues, n’étant pas avec eux à ce moment. Il put écrire alors à la Convention le 6 avril : « Dumouriez est presque abandonné et sera bientôt seul… » la situation de notre frontière devient plus rassurante. Il put ajouter : « Ainsi, cette nouvelle trame n’aura servi, nous l’espérons, qu’à l’humiliation des traîtres et la République en aura tiré le plus grand de tous les avantages, si cet évènement peut enfin guérir les Français de leur idolâtrie pour les individus et le besoin de pouvoir admirer sans cesse. » Et grace aux dispositions de Carnot, les revers que nos armées avaient éprouvés au commencement de la campagne de 1793, se changèrent en victoires. Un conseil présidé par Carnot, arrêta les dispositions de la bataille de Wattignies, qui fut gagnée le 16 octobre 1793. Le 10 juillet de la même année, il fut nommé membre du Comité de Salut public et chargé spécialement du bureau de la guerre ; très laborieux il y travaillait seize heures par jour, et du fond de son cabinet, mettait en mouvement les quatorze armées de la République. Ses travaux d’organisation militaire ne l’empèchaient pas du reste de s’occuper en même temps des questions purement politiques, il devint en l’an II, président de la Convention. On lui doit, en grande partie, la réunion de la Belgique à la France. Il eut un moment des dissentiments avec son collègue du Comité de Salut public Robespierre et ne voulut jamais faire partie du club des Jacobins. Cependant la réaction thermidorienne voulut envelopper Carnot dans la chute de Robespierre, mais celui-ci objecta : « Un seul fait répondra, ce me semble, pour les prévenus : c’est que la France était aux abois lorsqu’ils sont entrés au Comité de Salut public et qu’elle était sauvée lorsqu’ils en sont sortis. » Carnot s’associa ensuite à la création de l’Ecole polytechnique, à la réorganisation de l’Ecole de Metz, à l’établissement du Conservatoire des arts et métiers et du Bureau des longitudes, du système uniforme des poids et mesures ; entra à l’Institut qu’il avait contribué à fonder en l’an III. Le 23 vendemiaire an IV il entra au Conseil des Anciens et fut nommé membre du Directoire exécutif. Les élections de l’an V ayant amené une majorité royaliste dans les deux conseils, trois des directeurs opinèrent pour un coup d’Etat. Carnot s’y étant opposé avec son collègue Barthélemy fut compris dans un arrêt de proscription après le 18 fructidor, il réussit à s’échapper et gagna la Suisse. Il fut déclaré déchu de ses fonctions de Directeur, de son siège de député et de celui de l’Institut. Après le 18 brumaire Bonaparte le nomma ministre de la guerre : il réorganisa l’administration militaire, fit transférer aux Invalides les cendres de Turenne, créa la Tour d’Auvergne premier grenadier de la République. Bonaparte ne tarda pas à prendre ombrage de Carnot et celui-ci donna sa démission de ministre le 13 vendemiaire an IX. Le Sénat l’ayant élut membre du Tribunat il fut, dans cette Assemblée, un des rares opposants à Bonaparte ; il combattit l’institution de la Légion d’honneur et le Consulat à vie ; et sur ce dernier point, quand on vint au vote Carnot écrivit sur le registre : « Dussé-je signer ma proscription, rien en saurait me forcer à déguiser mes sentiments. Non. CARNOT. » Et quand on vint au vote pour proclamer Bonaparte empereur, Carnot prononça les paroles suivantes :  » Quelques services qu’un citoyen ait pu rendre à sa patrie, il est des bornes que l »honneur autant que la raison imposent à la reconnaissance nationale. Si ce citoyen a restauré la liberté publique, sera-ce une récompense à lui offrir que le sacrifice de cette même liberté ? Le dépot de la liberté a été confié à Bonaparte ; il avait juré de la défendre. En tenant cette promesse, il eut rempli l’attente de la nation, il se fut couvert d’une gloire incomparable. Je vote contre la proposition. » Après la suppression du Tribunat, Carnot se retira à l’écart. La chute de 1814 vint le surprendre dans son domaine de Presles. Ayant appris la bataille de Bar-le-Duc, le 24 janvier, il écrivit à Bonaparte et lui offrit ses services. C’est alors qu’il fut chargé de la défense d’Anvers et sauta de grade en grade à celui de général de division, fit beaucoup de mal à l’ennemi dans sa défense et détruisit en grande partie leurs travaux. Après l’abdication de l’Empereur, Carnot adhéra aux actes du gouvernement provisoire et fut nommé inspecteur général du génie. Pendant les Cent-Jours, croyant à la sincérité de Napoléon, espérant voir les libertés rétablies en France il accepta le poste de ministre de l’intérieur et la dignité de pair de France, puis se laissa créer comte de l’Empire. Après avoir combattu le projet d’une seconde abdication, il proposa, le 20 juin 1815, dé déclarer la patrie en danger et d’appeler aux armes les gardes nationales de France. il fut nommé pour quelques jours, membre de la Commission provisoire, pour l’exercice du pouvoir exécutif. Au retour définitif des Bourbons, il dut s’expatrier en vertu de la loi sur les régicides, et alla se fixer à Magdebourg où il mourut en 1823.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Lazare Carnot sur Wikipedia

octobre 17, 2007

LES GENERAUX DE NAPOLEON – GENERAL CLARKE (1765-1818), DUC DE FELTRE

Posted in Dignitaires civils, Généraux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , à 12:02 par napoleonbonaparte

Général Henri-Jacques-Guillaume Clarke (1765-1818), comte d’Hunebourg, duc de Feltre 

Clarke avait la manie des parchemins ; il passait une partie de son temps, à Florence, à rechercher ma généalogie ; il s’occupait aussi beaucoup de la sienne, et était venu à bout de se persuader, je crois, qu’il était le parent de tout le faubourg Saint-Germain.

(Napoléon Bonaparte)

Clarke (Henri-Jacques-Guillaume, duc de Feltre et comte d’Hunebourg), officier général, ministre et législateur, né à Landrecies (Nord), le 17 octobre 1765, de « messire Thomas Clarke, capitaine aide-major du régiment irlandais de Bulkeley, et de dame Louise Shee », mort à Neuwiller (Bas-Rhin), le 28 octobre 1818 ; entra à l’école militaire le 17 septembre 1781 et arriva de grade en grade chef d’escadron au 2e régiment de cavalerie, fut employé à l’armée du Rhin, se distingua au siège de Spire, et fut promu le 19 mai 1793, général de brigade. Destitué comme suspect, il ne recouvra son grade que le 11 ventôse an III, seconda habilement Carnot, ministre de la guerre, et fut fait général de division le 17 frimaire de la même année. Il fut ensuite envoyé comme ambassadeur près le roi d’Etrurie, rappelé en l’an XII, et nommé conseiller d’Etat. Le 9 ventôse an XII, il fut fait membre de la Légion d’honneur, et le 25 prairial suivant, commandeur du même ordre. Rappelé à l’activité, il fit la campagne d’Allemagne, se distingua à Ulm et Iéna et devint gouverneur de Berlin en novembre 1806 après l’avoir été de Vienne l’année précédente. Le 9 août 1807, il fut appelé au ministère de la guerre, poste qu’il occupa jusqu’au 3 avril 1814. Il avait été créé comte d’Hunebourg le 24 avril 1808, puis duc de Feltre le 15 août 1809. Il adhéra à la déchéance de l’Empereur en avril 1814, et la Restauration à laquelle il se rallia, le fit pair de France (4 juin 1814), redevint ministre de la guerre le 12 mars 1815. Il suvit Louis XVIII à Gand, revint en France avec les Bourbons, reprit le portefeuille de la guerre le 26 septembre et fut très rigoureux pour ses anciens compagnons d’armes, ce qui lui fut vivement reproché. Le 3 juillet 1816, il fut élevé au maréchalat.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Général Clarke sur Wikipedia

octobre 16, 2007

LES AMIRAUX DE NAPOLEON – AMIRAL DUC DENIS DECRES (1761-1820)

Posted in Amiraux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , à 9:18 par napoleonbonaparte

 Amiral duc Denis Decrès (1761-1820)

Decrès est généralement détesté mais on a tort ; il a rendu de grands services à la marine. Il est très capable, homme d’esprit, beaucoup de caractère, et ennemi, en tout genre, des abus.

(Napoléon Bonaparte)

Decrès (Denis), amiral et ministre, né à Ville-sous-Anjou (Isère) le 18 juin 1761, mort à Paris le 7 décembre 1820 ; entra dans la marine en 1779, passa en février 1791 sur le Cybèle avec le grade de major, puis capitaine de vaisseau en janvier 1793, fut destitué comme noble, puis arrêté et conduit à Paris et relâché presque aussitôt, fut réintégré an l’an III et devint contre-amiral en l’an VI, prit part au combat d’Aboukir, parvint à se réfugier à Malte avec les débris de l’escadre ; reçut l’ordre de regagner la France avec le Guillaume Tell qui rapatriait les malades et soutint contre la flotte anglaise un glorieux combat et fut fait prisonnier. Rentré en France, Bonaparte lui fit don d’un sabre d’honneur et le nomma préfet maritime à Lorient. Le 9 vendemiaire an X, il fut nommé ministre de la marine, poste qu’il occupa jusqu’à la chute de l’Empire. Pendant les Cent-Jours il devint amiral et reprit son portefeuille de la marine, puis fut nommé pair de France (2 juin 1815). Il rentra dans la vie privée sous la Restauration, Decrès était grand officier de la Légion d’honneur depuis le 10 pluviôse an XIII, et avait été comte de l’Empire le 4 juillet 1808 et duc le 28 avril 1810.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire dur Dr Robinet) 

Lien : Amiral Decrès sur Wikipedia

PIERRE DARU (1767-1829), COMTE D’EMPIRE

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , à 8:25 par napoleonbonaparte

 Pierre daru (1767-1829), comte de l’Empire

Un homme d’une rare capacité, mon meilleur administrateur… un boeuf au travail.

(Napoléon Bonaparte)

Daru (Pierre-Antoin-Noël-Bruno, comte), commissaire de guerres, législateur, et conseiller d’Etat et ministre, né à Montpellier (Hérault), le 12 janvier 1767, de « monsieur Noël Daru, avocat et premier secrétaire de l’intendance du Languedoc, et de dame Suzanne Periès », mort à Paris le 5 septembre 1829 ; entra dans l’armée en 1783, et devint commissaire de guerres. Sous le gouvernement révolutionnaire, il fut arrêté comme suspect, enfermé à Rennes, puis à Orléans, il recouvra sa liberté après le 9 thermidor, devint chef de division au ministère de la guerre (an IV). Après le 18 brumaire, il fut nommé secrétaire général au ministère de la guerre, puis entra au Tribunat le 6 germinal an X, fut fait membre de la Légion d’honneur le 4 frimaire an XII, et commandeur du même ordre le 25 prairial suivant, devint conseiller d’Etat le 12 messidor an XII, et fut envoyé comme ministre de France à Berlin en 1806. Le 13 août de la même année il fut élu membre de l’Académie française, puis créé comte de l’Empire le 3 mai 1809, et nommé ministre secrétaire d’Etat en 1811. Du 20 novembre 1813 au 30 mai 1814, il fut ministre de la guerre, se rallia aux Bourbons qui le firent chevalier de Saint-Louis, et intendant général. Pendant les Cent-Jours il revint à l’Empereur et rentra au Conseil d’Etat le 5 mai 1819, puis fut nommé pair de France. on a de lui une Histoire de la Bretagne.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Pierre Daru sur Wikipedia

octobre 8, 2007

BENJAMIN-HENRI CONSTANT DE LA REBECQUE (1767-1830)

Posted in Napoléon, Opposants, adversaires, et ennemis tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , à 8:37 par napoleonbonaparte

Benjamin Constant de la Rebecque (1767-1830)

 

 

Comme homme d’esprit, écrivain, il fallait qu’il écrive, qu’il accuse. Il était l’amant de Madame de Staël qui eût aimé me culbuter. Il avait été fort partisan du 18 Fructidor et du 18 Brumaire. Constant avait toujours été désireux de se rapprocher de moi sous l’Empire.

(Napoléon Bonaparte)

Constant (Benjamin-Henri), publiciste, législateur, et conseiller d’Etat, né à Lausanne (Suisse), le 25 octobre 1767, de « M. Juste Constant, citoyen de Lausanne, et de dame Henrielle de Chaudieu » ; mort à Paris le 8 décembre 1830, vint se fixer à Paris, entra en relation avec le parti républicain, et fit l’apologie du Directoire dans une brochure Sur la force du gouvernement actuel de la France, écrivit à Barras pour le féliciter d’avoir sauvé la république le 18 fructidor, publia un nouvel écrit : Des réactions politique et Des effets de la Terreur, devint ensuite l’orateur du Cercle constitutionnel de la rue de Lille, opposé au club de Clichy, puis fut nommé, en nivôse an VIII, membre du Tribunat ; fut un des plus ardents de l’oppostion indépendante, parla en faveur du jury. Son indépendance le fit éliminer de cette Assemblée en l’an X. Par ordre de Bonaparte, il fut banni de France et se retira d’abord en Allemagne, résida principalement à Weimar où il se lia avec Schiller et Goethe. A quelques temps de là, il lui fut permis de rentrer en France, mais il préfera, après un court séjour, se fixer à Coppet, chez Mme de Staël, entra en relation avec Bernadotte, roi de Suède, et fut décoré par lui de l’Etoile polaire. Après le retour des Bourbons en 1814, il rentra en France. Quand l’Empereur revint de l’île d’Elbe, Benjamin Constant fut pris de colère et traita Bonaparte « d’Atilla, de Gengis Kan, plus terrible, plus odieux encore » ; mais singulier retour des choses d’ici-bas, parti pour Nantes avec le dessein de gagner les Etats-Unis, il réfléchit, et, au bout de huit jours, revint à Paris, et le surlendemain de son arrivée (14 avril 1815), l’Empereur le fit appeler près de lui pour lui demander un projet de Constitution. Il sortit de cette entrevue absolument gagné à la cause impériale et fut nommé, le 20 avril, conseiller d’Etat ; ce fut lui qui rédigea entre autres, l’article 26 de l’Acte additionnel aux constitutions de l’Empire. Après Waterloo, Benjamin Constant se rendit en Angleterre, et ne revint en France qu’en 1816, lança contre les ultra-royalistes son livre : Des moyens de rallier les partis en France, collabora au Mercure, et fut un des principaux fondateurs de la Minerve. Le 25 mars 1819, élu député de l’opposition par le collège de la Sarthe, il parla en faveur de la liberté de la presse et contre les lois d’exception, fut réélu en 1824, dans le IVe arrondissement de Paris, et en 1827, à Paris et Strasbourg ; continua à siéger dans l’opposition, prit la parole contre les lois de tendance, de sacrilège, de droit d’ainesse, de justice et d’amour, et dans tous les débats importants. Il fut des 221 et obtint sa réélection le 23 juin 1830. Après les journées de juillet, il accepta de Louis-Philippe un don de 300.000 francs, fut appelé à la présidence du Conseil d’Etat, et mourut peu de temps après.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Benjamin Constant sur Wikipedia

octobre 4, 2007

PIERRE-SIMON LAPLACE (1749-1827), COMTE D’EMPIRE

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , à 10:45 par napoleonbonaparte

Pierre-Simon Laplace (1749-1827), comte d’Empire

Géomètre de première catégorie, Laplace n’a pas tardé à se montrer un administrateur plus que médiocre ; de son premier travail nous avons immédiatement compris que nous nous étions trompés. Laplace ne traitait aucune question d’un bon point de vue : il cherchait des subtilités de partout, il avait seulement des idées problématiques et enfin il portait l’esprit de l’infiniment petit jusque dans l’administration.

(Napoléon Bonaparte)

Laplace (Pierre-Simon, marquis de), professeur, membre de l’Institut, législateur et ministre, né à Beaumont-en-Auge (Calvados), le 23 mars 1749, de « Pierre Laplace et de Marie-Anne Sochon », mort à Paris le 5 mars 1827 ; débuta comme professeur de mathématiques à l’Ecole Militaire ; fut admis à l’Académie des sciences en 1773, comme membre adjoint, et comme titualire en 1785 ; devint, sous la Révolution, en l’an II, professeur d’analyse aux écoles normales, puis membre et président du bureau des Longitudes ; était à cette époque très ardent républicain et adversaire de la dictature ; mais au 18 brumaire, il n’hésita cependant pas à se rallier à Bonaparte et fut nommé, le 3 nivôse an VIII, membre du Sénat conservateur, puis remplit pendant quelques jours, le poste de ministre de l’Intérieur, mais fut vite remplacé par Lucien Bonaparte ; devint vice-président du Sénat et chancelier en l’an XI, fut fait membre de la Légion d’honneur le 19 vendemiaire an XII, grand officier le 25 prairial suivant, créé comte de l’Empire le 24 avril 1808 et vota, en avril 1814, la déchéance de l’Empereur. Louis XVIII, reconnaissant, le nomma pair de France, le 4 juin 1814. Le Marquis de Laplace se tint à l’écart pendant les Cent-Jours ; reprit, sous la seconde Restauration, son siège à la Chambre haute, vota la mort du maréchal Ney, entra à l’Académie des sciences à sa réorganisation, en 1816, devint membre de l’Académie française. On a de lui : Exposition du système du monde ; Théorie analytique des probabilités, etc.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Pierre-Simon Laplace sur Wikipedia

CHARLES-FRANCOIS LEBRUN (1739-1824), ARCHITRESORIER DE L’EMPIRE, DUC DE PLAISANCE

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 8:39 par napoleonbonaparte

Charles-François Lebrun (1739-1824), duc de Plaisance

Naturellement dissimulé, inobligeant, dur et sans affection, dévoré d’ambition.

(Napoléon Bonaparte)

Lebrun (Charles-François, duc de Plaisance), avocat, inspecteur général des domaines, publiciste et législateur, né à Saint-Sauveur-Lendelin (Manche), le 19 mars 1739, de « M. Paul Lebrun, et de Louise Lecrosnier », mort à Saint-Mesme (Seine-et-Oise) le 16 juin 1824 ; était avocat quand il devint censeur royal sous Maupéou, fut précepteur du fils de ce dernier et grâce à sa protection Lebrun fut nommé inspecteur général des domaines de la couronne, puis se livra à la culture des lettres de 1774 à 1789. Elu, le 29 mars 1789, député du Tiers aux Etats généraux par le bailliage de Dourdan, il vota presque toujours avec le côté gauche de cette assemblée et, à l’expiration de son mandat, devint président du directoire de Seine-et-Oise, puis donna sa démission au 10 août 1792, devint suspect, fut enfermé à Versailles et ne fut véritablement libre qu’après le 9 thermidor. Le 27 vendemiaire an VI, il fut élu par la Seine-et-Oise député au Conseil des Anciens, et vit son mandat renouvelé le 25 germinal an VII, s’abstint de prendre part directement à l’évènement du 18 brumaire, mais malgré cette abstention, il fut nommé membre de la commission intermédiaire des Anciens, puis le 22 frimaire an VIII, troisième consul et comme il avait de nombreuses relations dans le monde de l’ancienne noblesse, le futur Louis XVIII essaya par l’entremise de Mme de Pracomtal, de le gagner à la cause royaliste. Lebrun mit fin aux espérances du comte de Provence en lui disant, le 20 fructidor an VIII, dans une lettre directe : « C’est pour aider à sauver la patrie que j’ai accepté la place que j’occupe ; mais il faut vous le dire, et je vous crois le courage de l’entendre ; ce n’est pas en lui donnant un roi qu’on peut la sauver aujourd’hui. » Le 28 floréal an XII, à l’avènement de l’Empire, il fut nommé architrésorier et grand cordon de la Légion d’honneur le 10 pluviôse an XIII. Lebrun, quoique dévoué à Bonaparte, montra, vis-à-vis de lui, une certaine indépendance et bien qu’il eut accepté, le 19 mars 1808, le titre de duc de Plaisance, il fit tous ses efforts pour qu’il ne créât pas une nouvelle noblesse. En 1805, il fut nommé gouverneur général du territoire de la République de Gênes. Après l’abdication du roi Louis de Hollande, en 1810, Lebrun fut chargé d’une mission extraordinaire dans ce pays et partit, avec le titre de lieutenant général de l’Empereur, pour y organise tous les services publics. En quinze mois, il vint à bout de cette tâche, et y resta avec le titre de gouverneur général. L’année suivante, les alliés envahirent la Hollande et une insurrection éclata à Amsterdam, Lebrun dut lors abandonner son poste, mais dignement et en plein jour. Sous la première Restauration en 1814, il resta fidèle à Napoléon, mais après l’abdication de ce dernier, il accepta de Louis XVIII la dignité de pair de France (4 juin 1814). Au retour de l’île d’Elbe, il fut nommé grand maître de l’Université et pair des Cent-Jours (2 juin 1815) ; Louis XVIII, revenu de Gand, le priva de ses dignités, mais par un décret du 5 mars 1819, il put sièger de nouveau dans la Chambre haute. Il se retira peu de temps a près à Saint-Mesme où il mourut. Il était membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres depuis l’an XI. On a de lui : Jérusalem délivrée ; La Voix du citoyen ; l’Odyssée d’Homère, etc.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Charles-François Lebrun sur Wikipedia

MARTIN-MICHEL-CHARLES GAUDIN (1756-1841), DUC DE GAETE

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , à 6:44 par napoleonbonaparte

Martin-Michel-Charles Gaudin (1756-1843), duc de Gaète

C’est un homme tout d’une pièce, et c’est une forteresse inattaquable pour la corruption. Je me suis toujours applaudi de son concours, et je lui porte une amitié que je me plais à rappeler.

(Napoléon Bonaparte)

Gaudin (Martin-Michel-Charles, duc de Gaète), ministre et législateur, né à Saint-Denis (Seine), le 18 janvier 1756, de « maître Charles Gaudin, avocat en parlement, et de dame Louise-Suzanne Ragot », mort à Paris le 5 novembre 1841 ; fut nommé en 1791, commissaire de la trésorerie, poste qu’il conserva jusqu’en l’an III, devint directeur des postes en floréal an VI, mai fut nommé, après le 18 brumaire, ministre des finances ; fit beaucoup de réformes, entre autres créa la Banque de France, fut fait membre de la Légion d’honneur le 9 vendemiaire an XII et grand officier le 25 prairial suivant. Le 26 avril 1808, il fut créé comte de l’Empire, le 15 août 1809 duc de Gaète et tomba avec l’Empire le 30 mars 1814. Pendant les Cent-Jours il redevint ministre des finances et fut nommé pair de France. Au retour des Bourbons, Gaudin resta fidèle à Napoléon. Le 22 août 1815, il fut élu par le collège électoral de l’Aisne puis réélu en 1816. En 1820, il fut nommé gouverneur de la Banque de France, poste qu’il garda jusqu’en 1834. On a de lui : Mémoires, souvenirs et opinions de M. Gaudin, duc de Gaëte ; notice historique sur les finances de la France depuis 1800 jusqu’au 1er avril 1814.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Martin Michel Charles Gaudin sur Wikipedia

FRANCOIS-NICOLAS MOLLIEN (1758-1850), COMTE D’EMPIRE

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , à 6:11 par napoleonbonaparte

François-Nicolas Mollien (1758-1850), comte d’Empire

Mollien avait ramené le trésor public à une simple maison de banque, si bien que, dans un seul petit cahier, j’avais constamment sous les yeux l’état complet de mes affaires : ma recette, ma dépense, mes arriérés, mes ressources.

(Napoléon Bonaparte)

Mollien (François-Nicolas, comte de), pair des Cent-Jours et pair de France, né à Rouen (Seine-Inférieure) le 28 février 1758 ; mort à Paris le 20 avril 1850 ; fils de « Jacques-Robert Mollien, marchand et de Marie-Anne Cotelle » ; conseiller d’Etat en 1804, ministre du Trésor sous le gouvernement impérial en 1806 jussqu’en 1815. L’Empereur Napoléon III en souvenir des services éminents qu’il avait rendu à son oncle, donna son nom à l’un des pavillons du nouveau Louvre.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : François-Nicolas Mollien sur Wikipedia

octobre 3, 2007

BERNARD-HUGUES MARET (1763-1839), DUC DE BASSANO

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 10:26 par napoleonbonaparte

Hugues-Bernard Maret (1763-1839), duc de Bassano

Bassano et Caulaincourt, deux hommes de coeur et de droiture.

(Napoléon Bonaparte)

Maret (Bernard-Hugues, duc de Bassano), avocat , ambassadeur, secrétaire général des Consuls, ministre et législateur, né à Dijon (Côte d’Or) le 22 juillet 1763, de « Hugues Maret, docteur médecin, et de Jeanne Malechard », mort à Paris, le 13 mai 1839 ; était avocat quand il vint à Paris, s’intéressa au mouvement révolutionnaire et assista assidûment aux séances de la Constituante et en publia un récit fidèle sous le nom de Bulletin de l’Assemblée. Panckoucke, à peu de temps de là, lui proposa d’effectuer ce travail dans les colonnes du Moniteur ; ce qui fut l’origine du Journal Officiel. Dans son bureau de rédaction, il fit la connaissance de Bonaparte, logé, comme lui, à l’hôtel de l’Union, entra dans la Société des Amis de la Constitution ou des Jacobins, mais en sortit après l’affaire du Champs-de-Mars, puis contribua à la création du club des Feuillants. Lorsque Lebrun devint ministres des Relations extérieures, Maret entra dans ses bureaux avec une place de directeur et disparut à la chute des Girondins, mais devint, en juillet 1793, ambassadeur à Naples. Il se rendit à son poste accompagné de Sémonville qui lui, allait à Constantinople, quand ils furent tous les deux arrêtés en Piémont par les Autrichiens. Conduits à Mantoue, puis à Brunn, où ils subirent trente mois de captivité, ils ne furent remis en liberté qu’en échange de la fille de Louis XVI. Maret revit Bonaparte à son retour d’Egypte et ils renouèrent leurs anciennes relations. Il devint après le 18 brumaire, secrétaire général des Consuls, et, jusqu’en l’an X, il partagea avec Bourrienne les fonctions de ce poste de confiance, mais après la disgrâce de son collègue, il cumula les fonctions de secétaire d’Etat et de chef de cabinet, fut fait membre de la Légion d’honneur le 9 vendemiaire an XII et grand officier le 25 prairial suivant, puis grand aigle le 2 février 1805. Il accompagna l’Empereur en Allemagne et en Pologne et prit part à la rédaction du traité de Presbourg, et aux conférences de Tilsitt, d’Erfurt et de Bayonne. Le 3 mai 1809, il fut créé comte de l’Empire, et duc de Bassano le 15 août de la même année. Nommé le 17 avril 1811, ministre des Affaires étrangères, au moment de la rupture avec la Russie, il fut chargé de négocier avec la Prusse et l’Autriche un traité d’alliance offensive et défensive, suivit la retraite depuis Moscou et rédigea, en 1813, les ordonnances qui réglaient l’organisation de la garde nationale et la levée de 350.000 hommes. Il se démit le 19 novembre 1813 de son portefeuille des Affaires étrangères mais resta le confident de l’Empereur, qu’il accompagna pendant la Campagne de 1814, et qu’il ne quitta qu’à Fontainebleau. Il reprit, pendant les Cent-Jours, ses fonctions de ministre d’Etat, et fut nommé pair de France le 2 juin 1815. Au retour de Gand, Maret fut compris dans l’ordonannce du 24 juillet, et se retira à Lintz, puis à Gratz. A cette même époque, il fut exclu de l’Académie française, dont il faisait partie depuis l’an XI. Il ne revint à Paris qu’en 1820, et on le vit reparâitre à la vie politique qu’après la Révolution de 1830. Louis-Philippe le nomma pair de France le 19 novembre 1831 ; il devint, en novembre 1834, ministre président du Conseil, mais il fut à peine installé qu’une nuée de créanciers vint pratiquer des saisies-arrêts sur son traitement ; ce qui abrégea la durée de son ministère, qui ne vécut que trois jours. Il se retira alors, ne se mêlant plus de politique active.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Bernard-Hugues Maret sur Wikipedia

MICHEL REGNAULT-SAINT-JEAN-D’ANGELY (1761-1819), COMTE D’EMPIRE

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , à 3:31 par napoleonbonaparte

Michel Regnaul-Saint-Jean-d’Angély (1761-1819), comte d’Empire

Quel dommage que Regnault aime tant l’argent et les plaisirs qu’il procure ! Ce serait un ministre comme jamais je n’en ai pu trouver un.

(Napoléon Bonaparte)

Regnault-Saint-Jean-d’Angély (Michel-Louis-Etienne, comte d’Empire), député de la sénéchaussée de Saint-Jean-d’Angély à la Constitutante de 1789 ; représentant àla Chambre des Cent-Jours pour la Charente-Inférieure ; né à Saint-Fargeau (Yonne) le 3 décembre 1761, mort à Paris le 11 mars 1819 ; fils de « Claude-Etienne Regnaud, avocat au parlement, conseiller du roi, bailli honoraire de Saint-Fargeau, et de Madeleine Allenet » ; avocat au parlement suivant le bureau de la sénéchaussée de Saint-Jean-d’Angély, il eut un rôle brillant et très actif à l’Assemblée constitutante, où il vota toujours avec la majorité constitutionnelle ; en même temps il collaborait avec André Chénier au Journal de Paris, et encore à l’Ami des Patriotes, subventionné par la liste civile. Il disparut après le 10 août et fut arrêté et emprisonné après le 31 mai 1793 aprèsla chute des Girondins ; il s’échappa et on ne le revit qu’après le 9 thermidor, et intrigua contre la Convention. Malgré cela, nommé administrateur des hôpitaux de l’armée d’Italie, ily connut le général Bonaparte, s’attacha à lui et le seconda au 18 brumaire. A partir de ce moment, il entra dans l’intimité du maître et trouva devant lui ouverte la carrière des honneurs et de la fortune, qui ne lui firent pas défaut. Pendant les Cent-Jours, il fut député de la Charente-Inférieure et ministre d’Etat ; c’est dans cette situation qu’il décida l’Empereur à abdiquer. Il dut alors s’exiler et alla en Amérique, il revint à Bruxelles, puis obtint de rentrer en France, et mourut à Paris le soir même de son arrivée.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Michel Regnault-Saint-Jean-d’Angély sur Wikipedia

LA FAMILLE DE NAPOLEON – LUCIEN BONAPARTE (1775-1840), PRINCE DE CANINO ET MUSIGNANO

Posted in Famille de Napoléon, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 1:01 par napoleonbonaparte

Lucien Bonaparte (1775-1840), prince de Canino et Musignano

Beaucoup d’esprit, des connaissances, et beaucoup de caractère… ornement de toute assemblée politique.

(Napoléon Bonaparte)

Bonaparte (Lucien, prince de Canino et Musignano), législateur, ministre et ambassadeur, né à Ajaccio (Corse), le 21 mars 1775, de « Charles Bonaparte et de Laetitia Ramolino« , mort à Viterbe (Italie) le 29 juin 1840, frère cadet de l’Empereur ; se réfugia à Marseille lors du soulèvement de la Corse provoqué par Paoli, entra dans l’administration et devint garde-magasin à Saint-Maximin (Var) ; se fit alors appeler Brutus Bonaparte, citoyen sans-culotte, devint le chef du parti révolutionnaire de l’endroit, épousa la soeur de son aubergiste Catherine Boyer, et, ajoute le Dictionnaire des Parlementaires, « aussi illettrée que jolie ». Quelques temps après, nommé inspecteur des charrois à Saint-Chamans, il fut arrêté et relâché aussitôt après les journées de prairial, vint à Marseille où par l’influence de son frère Napoléon, il fut envoyé à l’armée du Rhin comme commissaire en Corse et le 25 germinal an VI, nommé député au Conseil des Cinq-Cents par le département de Liamone, en faveur de la liberté de la presse, et en fut nommé président. Il profita de cette situation pour aider son frère à faire le 18 brumaire. Le 4 nivôse an VIII, Lucien succéda à Laplace comme ministre de l’intérieur, le 15 brumaire an IX, échangea ce poste contre celui d’ambassadeur à Madrid, et son frère, qui ne savait rien lui refuser, le fit entrer au Tribunat (6 germinal an X) ; fut nommé grand officier de la Légion d’honneur (10 pluviôse an XII), comme prince de sang devint sénateur de droit, fut ensuite pourvu de la sénatorie de Trèves. De cette époque date de profonds dissentiments qui devaient éclater entre les deux frères ; ce fut surtout son second mariage avec Mme Jouberthon qui irrita profondément l’Empereur et qui fut cause que Lucien partit en Italie prendre possession de sa terre de Canino devenue principauté. En 1807, l’Empereur ayant fait une nouvelle tentative pour faire divorcer Lucien d’avec sa seconde femme, ce dernier prit le parti de partir pour l’Amérique et le 1er août il s’embarqua avec sa famille, à Civita-Vecchia, fut pris par un croiseur anglais et conduit à Naples, et enfin amené en surveillance en Angleterre, à Dudlow, où il séjourna trois ans. Le 13 mai 1815, élu, par l’Isère, représentant à la chambre des Cent-Jours, il refusa ce mandat, ayant été nommé pair de France. Le 2 juin de la même année, le Dictionnaire des Parlementaires nous apprend encore que, dans un conseil privé tenu au moment du départ de l’Empereur pour l’armée, Lucien proposa d’accepter l’abdication offerte par Napoléon et d’instituer la régence de Marie-Louise ; le conseil fut du même avis, mais Napoléon qui avait adhéré, refusa le lendemain et partit pour Waterloo. Ayant échoué dans ses combinaisons, Luciens e retira à Neuilly, reprit le chemin de l’Italie où il s’installa près de Viterbe. On a de lui : Charlemagne ou l’église délivrée ; la Cyrneide ou la Corse délivrée.

(Extrait du du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien  : Lucien Bonaparte sur Wikipedia

octobre 2, 2007

CHARLES-MAURICE TALLEYRAND-PERIGORD (1754-1838), PRINCE DE BENEVENT

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 11:47 par napoleonbonaparte

Charles-Maurice Talleyrand-Périgord (1754-13838), prince de bénévent

Je l’ai couvert d’honneurs, de richesses, de diamants. Il a employé tout cela contre moi ! Il m’a trahi autant qu’il le pouvait à la première occasion qu’il a eue de le faire. Comment voulez-vous que cet homme ne soit pas riche, ayant vendu tous ceux qui l’ont acheté ?

(Napoléon Bonaparte)

Talleyrand-Périgord (Charles-Maurice de, prince de Bénévent), législateur et homme d’Etat ; fils de « Charles Daniel, comte de Talleyrand-Périgord, lieutenant-général des armées et du roi, et d’Alexandrine-Marie-Victoire de Damas d’Aubigny » ; né à Paris le 13 février 1754, mort le 17 mai 1838. Boiteux depuis l’âge d’un an, ne pouvant embrasser cette profession des armes qu’avaient illustrée ses ancêtres, il fut destiné à l’Eglise, et c’est sous le nom d’abbé de Périgord qu’il entra dans le monde. Agent général du clergé de France en 1780, évêque d’Autun en 1788, membre de l’assemblée des notables, puis des Etats généraux. D’esprit conciliant et large, il fut l’un des premiers évêques qui, avec la majorité du bas clergé et la minorité de la noblesse, se joignirent au tiers état. Il devint dès lors un des membres les plus actifs, souvent même les plus libéraux de l’Assemblée constituante. C’est lui qui en octobre 1789, proposa de mettre les biens du clergé à la disposition de la nation ; c’est lui encore qui, le 14 juillet 1790, officia sur l’autel de la Patrie, y bénit les drapeaux des fédérés de tous les départements. Il se prononça pour la constitution civile du clergé, à laquelle il préta serment, et il sacra lui-même les évêques assermentés.

En 1792, il fut envoyé, sans caractère officiel, à Londres, pour établir une alliance nationale ; les résultats obtenus furent négatifs. Après le 10 août, il n’en obtint pas moins, du conseil exécutif, une mission secrète en Angleterre, et ce fut à Londres qu’il connut le décret d’accusation lancé par la Convention contre lui ; en novembre 1792, à la suite de la découverte des papiers de l’armoire de fer. Talleyrand se montrait déjà ce qu’il devait être plus tard.

En 1793, Pitt lui fait intimer l’ordre de quitter l’Angleterre ; il se réfugie en Amérique, y refait sa fortune en quelques mois par le commerce, et, en 1796, il revient à Paris. Le crédit de Mme de Staël lui fait obtenir du Directoire le ministère des relations extérieures. Son prodigieux sens des choses et des hommes lui fait aussitôt sentir que Bonaparte est l’homme de la situation. Il s’attache à ses pas, s’associe au coup d’Etat du 18 brumaire, et fut nommé ministre des relations extériereures du nouveau gouvernement. Dès lors, il prit part à toutes les grandes transactions diplomatiques du Consulat et, pour prix des négociations du Concordat, qu’il avait conduites avec infiniment d’habileté, le pape le releva de ses voeux religieux. Grand chambellan en 1804, prince de bénévent en 1806, il devient un fervent partisan de l’alliance autrichienne, et, devant la politique de l’Empereur à Tilsitt, il renonce au ministère. Il est alors nommé vice-grand Electeur avec 500.000 francs de traitement.

La guerre d’Espagne, qu’il a pourtant conseillée lui fait entrevoir la chute de l’Empire ; et dès lors tout doucement il commence à séparer sa fortune de celle de l’Empereur et à se chercher de nouveaux maîtres. Dès 1810, il commence une sourde opposition ; il est privé de sa charge. En 1814, il change entièrement de face et intrigue ouvertement en faveur des Bourbons ; il excite contre l’Empereur les souverains étrangers, met en avant le nom des Bourbons et provoque la déchéance de la dynastie napoléonienne. Chef du gouvernement provisoire le 1er avril 1814, il est nommé par Louis XVIII ministre des affaires étrangères. Ce fut à ce titra qu’il alla représenter la France au congrès de Vienne. Son habileté y fut très grande ; il posa et fit reconnaitre le principe de la légitimité et signa avec l’Autriche et l’Angleterre le fameux traité du 3 janvier 1815. Ministre de Louis XVIII pour la deuxième fois après les Cent-Jours, il fut obligé de se retirer devant la répulsion des députés et la haine de la famille royale. Il fut nommé grand chambellan, pair de France, et s’employa dès lors à faire de l’opposition dans les salons où son esprit et ses bons mots le faisaient rechercher.

Après la Révolution de Juillet, il accepta d’être nommé ambassadeur à Londres et son dernier acte diplomatique fut le traité de la quadriple alliance (1834). Il rentra en France en 1835 et vécut dès lors dans la retraite. Talleyrand fut un de nos plus habiles diplomates, et comme le dit Mignet, une des plus grandes renommées de la révolution, mais ce fut un homme funeste par l’exemple de la vénalité et de corruption qu’il offrit en exemple à ses contemporains.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Charles-Maurice Talleyrand Périgord sur Wikipedia

octobre 1, 2007

JOSEPH FOUCHE (1759-1820), DUC D’OTRANTE

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 8:43 par napoleonbonaparte

Joseph Fouché (1759-1820), duc dOtrante

Celui-ci n’est qu’intrigant ; il a prodigieusement d’esprit et de facilité d’écrire. C’est un voleur qui prend de toutes mains. Il doit avoir des millions ! Il a été un grand révolutionnaire, un homme de sang. Il croit racheter ses torts ou les faire oublier en cajolant les parents de ses victimes et se faisant, en apparence, le protecteur du Faubourg Saint-Germain. C’est un homme qu’il peut être utile d’employer parce qu’il est encore le drapeau de beaucoup de révolutionnaires, et d’ailleurs très capable, mais je ne puis jamais avoir confiance en lui.

(Napoléon Bonaparte)

Fouché (Joseph, duc d’Otrante), oratorien, avocat, législateur, ambassadeur et ministre de la police, né au Pellerin (Loire-Inférieure), le 21 mai 1759, de « Joseph Fouché, capitaine de navire marchand, et de Marie-Françoise Croiset », mort à Trieste (Autriche) le 25 décembre 1820 ; débuta comme oratorien et professa à Juilly, à Arras, et à l’école militaire de Vendôme et était préfet des études à Nantes au moment de la Révolution, il quitta alors l’habit ecclésiastique et devint avocat ; il était devenu principal du collège de Nantes, quand il fut élu, par la Loire-Inférieure, membre de la Convention ; lors du procès du roi, il vota « la mort sans sursis », fut ensuite envoyé en mission dans l’Aube pour y faire exécuter le décret de l’Assemblée sur la réquisition, puis adhéra aux événements des 31 mai et 2 juin, partit en mission pour la Nièvre et poursuivit l’anéantissement de toutes les enseignes religieuses qui se trouvaient sur les routes, sur les places et dans les lieux publics. A Nevers et aux environs, au mois de septembre 1793, il fit, de concert avec le procureur général de la commune de Paris, G. Chaumette, venu en ce pays pour des affaires privées, une tentative antérieure à toute autre pour faire disparaître le catholicisme et le remplacer par le culte de la Raison : interdisant toute manifestation cultuelle hors des églises, donnant aux funérailles un caractère purement civil, laïcisant les cimetières (octobre 93), faisant enlever partout, pour les envoyer à la Convention et à la monnaie de Paris, les ornements d’or et d’argent des églises ; enfin, prenant, relativement aux fortunes privées, des mesures d’un socialisme radical.

A peine de retour de cette mission il fut envoyé le 3 octobre suivant avec Collot d’Herbois à Lyon, après l’insurrection royaliste de cette ville pour y contribuer à la réduction de la cité révoltée, que les armées de la République venaient de reprendre. Il s’y montra intraitable, cruel, non seulement en partageant avec son terrible collègue la responsabilité des mitraillades, mais encore en activant les opérations martiales de l’inexorable commission militaire qui y fit couler tant de sang. La conduite de Fouché dans cette circonstance fu trouvée tellement extravagante, que le Comité de Salut Public jugea prudent de le rappeler.

Rentré à Paris vers le milieu de germinal, il triompha aux Jacobins dont il fut nommé président, et parut être, au moment des préparatifs de la fête de l’être Suprême, l’un des membres les plus décidés et les plus influents, parmi ceux qui, dès lors, faisaient une opposition à la politique de Robespierre. Celui-ci le comprit, lui reprocha ses crimes et le fit exclure du club des Jacobins le 26 messidor. C’est dire qu’il se rangea définitivement parmi les auteurs de la journée du 9 thermidor suivant. Après le 9 thermidor, il s’ingénia à vouloir ménager tous les partis ; on sentait déjà en lui le futur ministre de la police ; se voyant très menacé il essaya de rentrer dans les bonnes grâces des thermidoriens, et demanda leur protection, mais sur la proposition de Boissy-d’Anglas, Fouché fut décrété d’arrestation. L’amnistie du 4 brumaire an IV le rendit trois mois après à la liberté. Sous le Directoire, ayant su capter la confiance de Barras, ce dernier le fit nomme ambassadeur à Milan (15 vendemiaire an VII), puis ambassadeur en Hollande où il resta jusqu’à ce ce qu’il fut appelé au ministère de la police (2 thermidor an VII), en remplacement de Bourguignon. Aussitôt installé il montra une certaine énergie en supprimant 11 journaux d’un seul coup, et après avoir louvoyé autour de Bonaparte, de retour d’Egypte, il sut de suite ce qu’il avait à faire et n’hésita pas. Fouché connaissait à fond les divers partis, tous leurs secrets et leurs espérances ; il les livra au vainqueur sans négliger d’en conserver une partie pour le besoin de sa cause. Fouché tout-puissant commença à jouer au grand seigneur ; dans de brillantes soirées il réunissait les survivants de l’ancienne noblesse, et soutenait son rôle avec un grand succès, grâce du reste à une audace imperturbable ajoutée à beaucoup d’esprit, mais grâce aussi au peu de scrupules de ses hôtes. Par une habilité extraordinaire il sut se faire des amis dans tous les camps, les fonctions de ministre de la police lui en donnaient le loisir. Il sut plaire aux membres de la famille Bonaparte et on peut dire qu’il devint l’homme le plus puissant du gouvernement en déjouant les complots, inventant de fausses conspirations, et sachant entretenir soigneusement les défiances et les craintes de Napoléon, mais il y eut, à un moment donné, une ombre à ses succès ; la machine infernale éclata et Fouché ne sut pas prévoir cet évènement ; aussi fut il obligé de quitter le ministère de la police, pour entrer le même jour (28 fructidor an X) et comme compensation au Sénat conservateur. Cette disgrâce fut de très courte durée, car l’Empereur, pour le besoin de sa cause, ne pouvait plus se passer de Fouché, et le 21 messidor an XII, ce dernier rentra en maître pour la seconde fois au ministère de la police et y resta jusqu’au 3 juin 1810. Jamais Fouché ne fut plus puissant, sa réputation à l’étranger était immense et le faubourg Saint-Germain le choyait ; l’Empereur très soupçonneux commença à ne plus pouvoir supporter cet homme audacieux, qui, au besoin savait contrecarrer les idées et les actes de Napoléon ; une occasion se présenta, qui devait être momentanément le coup de grâce du ministre de la police ; l’Empereur eut connaissance d’une circulaire de Fouché et dont voici le principal passage : « Prouvons à l’Europe que si le génie de Napoléon peut donner de l’éclat à la France par les victoires, sa présence n’est pas nécessaire pour repousser nos ennemis. » A la lecture de cette circulaire Napoléon n’hésita pas ; Fouché pour la deuxième fois, fut disgracié et envoyé à Rome comme gouverneur général. Il avait été fait grand offficier de la Légion d’honneur le 25 prairial an XII, puis créé, le 24 avril 1808, comte de l’Empire, et le 15 août 1809, duc d’Otrante. Après les désastres de Russie, Napoléon fit appeler Fouché à Dresde et lui confia le gouvernement des provinces illyriennes, il n’eut guère le temps d’exercer ces nouvelles fonctions, car à la suite de la bataille de Leipzig, les Autrichiens redevinrent maîtres de ces provinces. A peine rentré en France, il reçut l’ordre de se rendre à Naples près de Murat. Fouché ne perdit pas de temps, il alla rejoindre Murat et, la première chose qu’il fit, fut de conseiller à Murat d’entrer dans la nouvelle coalition contre Napoléon. Aussitôt qu’il apprit la nouvelle de l’abdication de l’Empereur en 1814, il fit faire ses offres de service aux Bourbons, mais fut assez mal accueilli. De retour de l‘île d’Elbe, l’Empereur appela à lui Fouché et lui confia, pour la troisième fois, le ministère de la police, et, de plus, le nomma pair de France, puit vint Waterloo, et Fouché entra au gouvernement provisoire choisi par les Chambres, et en fut le président. Inutile d’ajouter que Fouché profita de cette haute position pour intriguer avec les Bourbons d’une part et les d’Orléans d’autre part. Louis XVIII rentré, se décida, lui aussi à se servir de Fouché, bien que ce dernier eut contribué à faire couper la tête de son frère ; c’était un mal nécessaire, pensait-il. Pour la quatrième fois, Fouché entra en vainqueur au ministère de la police, et fut élu, en même temps, le 22 août 1815, député dans la Corrèze et dans la Seine-et-Marne. Cette fois, son passage à la police devait être bien court : le roi ne supportait que très juste le joug de Fouché, ce dernier le sentit et s’empressa de donner sa démission. Atteint par la loi sur les régicides, il se vit contraint, à son grand regret, de quitter la France. Il prit sa résidence à Trieste et y mourut en 1820, laissant une fortune de quatorze millions.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Joseph Fouché sur Wikipedia

septembre 22, 2007

LES MARECHAUX DE NAPOLEON – MARECHAL BERNADOTTE (1763-1844), PRINCE DE PONTE-CORVO

Posted in Maréchaux, Napoléon, Opposants, adversaires, et ennemis tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 3:15 par napoleonbonaparte

Maréchal Jean-Baptiste Bernadotte (1763-1844), prince de Pontecorvo

C’est lui qui a donné à nos ennemis la clef de notre politique, la tactique de nos armées ; c’est lui qui a montré le chemin du sol sacré. Vraiment dirait-il pour excuse qu’en acceptant le trône de Suède, il n’a plus dû n’être que suédois, excuse banale, bonne tout au plus pour la multitude et le vulgaire des ambitieux. Pour prendre femme on ne renonce point à sa mère, encore moins est-on tenu de lui percer le sein et de lui déchirer les entrailles.

(Napoléon Bonaparte)

Bernadotte (Jean-Baptiste-Jules), officier général, ambassadeur, ministre et roi, né à Pau (Basses-Pyrénées), le 26 janvier 1764, de « sieur Henry Bernadotte, procureur au sénéchal de Pau, et de la demoiselle Jeanne de Saint-Jean », mort à Stockholm (Suède) le 8 mars 1844 ; entra dans l’armée en 1780, comme simple soldat ; au moment de la Révolution, nous le trouvons sergent-major, monta de grade en grade rapidement, fut nommé colonel le 15 germinal an II et général de brigade le 11 messidor. Il prit part à la bataille de Fleurus, fut promu général de division le 1er brumaire an III, fit les campagnes du Rhin, se distingua à Mayence, à Neuhoff et à la prise d’Altorf. Il fit partie ensuite de l’armée d’Italie mais ses nombreux succès portèrent ombrage à Bonaparte, qui l’éloigna. Peu après un arrêté du Directoire le nomma ambassadeur à Vienne. Après le congrès de Rastadt, il accepta le commandement du corps d’observation du Bas-Rhin, fit bombarder Philipsbourg et prit la ville de Manheim. Le 15 messidor an VII, il fut nommé ministre de la guerre et y déploya une grande activité ; mais la majorité du Directoire n’aimait point Bernadotte, on le trouvait trop républicain, et son opposition à Bonaparte ne leur plaisait pas davantage. Il passe alors pour le général des néo-jacobins. Malgré cela, Bonaparte lui confie l’armée de l’Ouest après le 18 brumaire. Suite à la conspiration des « libelles », préparée par son chef d’état major le général Simon, il perd son commandement. Mais en raison de son mariage avec Désirée Clary (l’ancienne fiancée de Bonaparte), qui en fait le beau-frère de Joseph Bonaparte (marié à Julie Clary), il est toujours ménagé par le Premier Consul. Il est ainsi de la première promotion des maréchaux en 1804, créé prince de Ponte-Corvo en 1806. Sur le théâtre militaire, il ne se montre pourtant guère brillant, que cela soit à Austerlitz, Auerstaedt, Eylau, ou Wagram. Après sa piètre prestation lors de la campagne de 1809, Napoléon furieux, se décide à l’écarter. Il est alors mis à la tête duc corps d’observation placé au nord de l’Allemagne, établissant son quartier général à Hambourg. Le trône de Suède étant devenu vacant, la Diète l’offrit à Bernadotte ; cette nouvelle lui arriva à Paris en août 1810 et l’Empereur lui laissa toute latitude pour l’accepter ; celui-ci parti immédiatement, emportant avec lui 2 millions de francs et arriva à Elseneur le 19 octobre 1810, abjura le cathocisme, se présenta devant la Diète, préta serment comme prince royal de Suède et fut proclamé héritier du trône, sous le nom de Charles-Jean. Mais bientôt éclatèrent entre la France et la Suède des difficultés qui devaient appeler fatalement la guerre entre les deux nations. Le blocus continental fut cause de l’antagonisme entre l’Empereur et Bernadotte. Les puissances coalisées contre la France profitèrent de ce conflit et proposèrent à Bernadotte de faire rentrer la Suède dans la coalition. Après la bataille de Lutzen et l’armistice qui suivit cette bataille, Bernadotte, à la tête de 30.000 suédois, rejoignit l’armée alliée sous les murs de Berlin et, dans un combat, repoussa à Interbock le corps d’armée du maréchal Ney, et, en grande partie, ce fut encore à Bernadotte que l’on du d’être battu à Lepizig ; aussi le roi de Prusse l’embrassa-t-il sur la place de Leipzig en l’appelant son libérateur. Bernadotte accompagna les alliés à Paris, mais déçu dans ses projets personnels, il ne se mêla pas des affaires de la France pendant les Cent-Jours. Il fut définitivement proclamé roi de Suède, sous le nom de Charles-Jean XIV, le 5 février 1818. Il mourut d’une attaque d’apoplexie.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Maréchal Jean-Baptiste BernadotteMaréchal Bernadotte sur Wikipedia

LES MARECHAUX DE NAPOLEON – MARECHAL DAVOUT (1770-1823), DUC D’AUERSTAEDT, PRINCE D’ECKMÜHL

Posted in Maréchaux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , à 1:33 par napoleonbonaparte

Maréchal Louis-Nicolas Davout (1770-1823), duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl

La conduite du maréchal prince d’Eckmühl avait été pure et les mémoires qu’il avait publiés convenables.

(Napoléon Bonaparte)

Davout (Louis-Nicolas, duc d’Auerstaedt et prince d’Eckmühl), officier général et législateur, né à Annoux (Yonne), le 10 mai 1770, de « Jean-François Davout, écuyer, lieutenant au régiment royal de Champagne-cavalerie, seigneur d’Annoux, et de Françoise-Adélaïde Miard de Villars », mort à Paris le 1er juin 1823 ; entra comme cadet-gentilhomme, en 1785, à l’école militaire de Paris et en sortit sous-lieutenant au 19e régiment de cavalerie. S’étant déclaré partisan de la Révolution, il s’engagea dans les volontaires de l’Yonne, et fut élu, par ses camarades, chef du 3e bataillon (22 septembre 1791), fit la campagne de Belgique, sous les ordres de Dumouriez, et lors de la défection de ce dernier, Davout fit mine de tirer sur lui quand il se rendit au camp autrichien, puis fut destitué comme noble en 1793 ; cette situation ne dura que très peu de temps, puisque le 3 vendemiaire an III, il fut promu général de brigade et envoyé à l’armé de la Moselle, passa sous les ordres de Pichegru, et fut fait prisonnier à Manheim, puis échangé, défendit Kehl et se lia à Desaix, se distingua particulièrement au passage du Rhin (1er floréal an V), fit partie ensuite de l’expédition d’Egypte et prit part à la bataille d’Aboukir. En revenant en france il tomba entre les mains des Anglais et fut interné à Libourne, puis rentré en France, fut nommé général de division (14 messidor an VIII) et maréchal de France, (29 floréal an XII), puis grand-croix de la Légion d’honneur (19 pluviôse an XIII), appartint à la grande armée et se battit vaillamment à Ulm, à Austerlitz et Iéna, à Auerstaedt où il décida la victoire, puis à Eylau et Friedland. Le 8 juillet 1808, il fut créé duc d’Auerstaedt, et le 28 novembre 1809, prince d’Eckmühl ; en 1812, il eut le commandement en chef du 1er corps de la grande armée, battit les Russes à Mohilow, et fut blessé à la Moskowa. Pendant les Cent-Jours, l’Empereur le nomma ministre de la guerre (20 mars 1815), il fut élu le 2 juin suivant, membre de la chambre des pairs. Après Waterloo, il commanda l’armée réunie sous Paris ; le gouvernement provisoire envoya alors, le 3 juillet, l’ordre de traiter et, le même jour, il signa avec l’ennemi, à Saint-Cloud, la convention de Paris. Le 5 mars 1819 il fut nommé pair de France. On lui a élevé une statue à Auxerre en 1867.

(Extrait du dictionnaite sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Liens : Maréchal Davout (1700-1823)Maréchal Davout sur Wikipedia – Souvenir Davout

septembre 18, 2007

JEAN JACQUES REGIS CAMBACERES (1753-1824), ARCHICHANCELIER DE L’EMPIRE, DUC DE PARME

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , à 10:07 par napoleonbonaparte

Jean-Jacques Régis Cambacérès (1753-1824) duc de Parme, Archichancelier de l’Empire

Vous voulez bien manger, allez chez Cambacérès.

(Napoléon Bonaparte)

Cambacérès (Jean-Jacques-Régis, duc de Parme), conseiller à la cour des Comptes, législateur, consul, ministre, etc. ; né à Montpellier (Hérault), le 18 ocotbre 1753, de « maître Jean-Antoine Cambacérès, commissaire à la cour des comptes, aides et finances à Montpellier, et dame Marie-Rose Vassal » , fut agréé le 21 octobre 1772, comme maire en la ville de Mirepoix, et le 16 novembre 1774, pourvu de la charge de conseiller à la cour des comptes , aides et finances de Montpellier, en survivance de son père. En mars 1789, il fut élu suppléant de la noblesse aux Etats généraux par la sénéchaussée n’ayant droit qu’à un seul député de la noblesse. Le 6 septembre 1792, fut élu par l’Hérault, membre de la Convention, et, dans le procès du roi, déclara « que la Convention nationale doit décréter que Louis a encouru les peines établies contre les conspirateurs par le codé pénal, qu’elle doit suspendre l’exécution du décret jusqu’à la cessation des hostilités, époque à laquelle il sera définitivement prononcé par la Convention ou par le Corps législatif, sur le sort de Louis, qui demeurera jusqu’alors en état de détention, et néanmoins, en cas d’invasion du teritoire français par les ennemis de la République, le décret sera mis à exécution ». Le 26 mars 1793, il fut nommé membre du Comité de Salut Public et vota avec la majorité le 31 mai contre les Girondins. Après le 9 thermidor, au moment de la rentrée des 73 conventionnels arrêtés le 31 mai, il proposa une amnistie plénière pour les faits non prévus par le code pénal. Après le 13 vendemiaire, compromis par les papiers trouvés chez l’agent royaliste Lemaître comme entretrenant des relations avec les conspirateurs, il se justifia et la Convention vota l’impression de son discours. Son mandat expiré, Cambacérès fut élu le 21 vendemiaire an IV par plus de 50 départements, député au conseil des Cinq-Cents il opta pour l’Hérault, devint président de cette Assemblée, puis membre du Directoire exécutif, devint ministre de la justice le 2 thermidor an VII, poste qu’il occupa jusqu’au 3 nivôse an VIII, époque à laquelle il remplaça Sieyès comme deuxième consul. Le 28 floréal an XII, il fut nommé chancelier de l’Empereur, président du Sénat, grand officier de la Légion d’honneur (10 pluviôse an XIII), et fut créé duc de Parme le 19 mars 1808 ; devint membre du conseil privé, président du conseil d’Etat et de la Haute Cour impériale et reçut les décorations de toutes les puissances européennes. En 1814, il fut président du conseil de régence, et détermina l’Impératrice à se retirer avec le roi de Rome au delà de la Loire, et envoya de Blois, le 7 avril, son adhésion, comme sénateur, à la déchéance de Napoléon. L’Empereur ne lui garda pas rancune, puisqu’au retour de l’île d’Elbe il fut nommé pair de France, puis président de cette Chambre, et par intérim ministre de la justice. Louis XVIII revenu, Cambacérès fut banni du teritoire français comme prétendu régicide, se retira à Bruxelles, mais, par une décision royale du 13 mai 1818 il fut rappelé en France. Il se déclara en 1820 un fidèle ami de la monarchie. Il était membre de l’Institut depuis l’An III.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Jean-Jacques-Régis Cambacérès sur Wikipedia

septembre 17, 2007

LES GENERAUX NAPOLEON – GENERAL CAULAINCOURT (1773-1827), DUC DE VICENCE

Posted in Dignitaires civils, Généraux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , à 3:35 par napoleonbonaparte

Caulaincourt n’a pas fait grand-chose à Saint-Petersbourg. C’est un honnête homme qui m’a bien servi, mais il ne convenait pas comme ministre des affaires étrangères.

(Napoléon Bonaparte)


Caulaincourt
(Armand-Augustin-Louis, duc de Vicence), officier général, ambassadeur, législateur et ministre, né à Caulaincourt (Aisne) le 9 décembre 1773, mort à Paris 19 février 1827 ; était en 1791, aide de camp de son père, destitué en 1792, comme noble et réintégré dans l’armée en l’an III avec le grade de capitaine, fit les campagnes du Rhin, fut promu colonel et blessé à Weinheim. Après la paix, Bonaparte l’envoya en Russie, comme agent diplomatique, auprès du tsar Alexandre, mais il échoua dans sa mission, revint en France, fut promu général de brigade, puis général de division. Le 11 pluviôse an XII, il fut fait grand officier de Légion d’honneur, devint grand écuyer, et fut envoyé à Saint-Pétersbourg comme ambassadeur, puis créé le 7 juin 1808, duc de Vicence. Il sollicita son rappel en 1811, quand il vit le refroidissement se produire entre les deux cours. A son retour, le 5 avril 1813, il fut nommé membre du Sénat conservateur, partit comme plénipotentiaire français auprès des rois coalisés, pendant la campagne de Saxe et signa l’armistice de Pleswitz le 4 juin 1813, fut ensuite nommé ministre des affaires étrangères en novembre de la même année, portefeuille qu’il reprit pendant les Cent-jours et fut nommé le 2 juin 1815, pair de France. Sous la Restauration, il se retira de la vie politique.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Général Caulaincourt sur Wikipedia

août 31, 2007

ACTEURS DE LA REVOLUTION ET DU CONSULAT PAR NAPOLEON 1er

Posted in CITATIONS, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , à 12:40 par napoleonbonaparte

Maximilien de Robespierre, “l’incorruptible” (1758-1794)

Ni Robespierre, ni Danton, ni Marat n’avaient d’égaux quand « liberté, égalité ou la mort » se lisaient en lettres de sang sur toutes les bannières françaises ; ils étaient les premiers d’une aristocratie terrible, dont la livrée était teinte journellement par la hache du bourreau.

(Napoléon Bonaparte)

Le général Caffarelli était d’une activité qui ne permettait pas de s’apercevoir qu’il avait une jambe de moins. Il entendait parfaitement les détails de son arme, mais il excellait par les qualités morales et par l’étendue de ses connaissances dans toutes les parties de l’administration publique. C’était un homme de bien, brave soldat, fidèle ami, bon citoyen. Il périt glorieusement au siège de Saint-Jean-d’Acre en prononçant sur son lit de mort un très éloquent discours sur l’instruction publique.

Le vrai caractère perce toujours dans les grandes circonstances ; voilà l’étincelle qui signale le héros de la Vendée.

C’était un homme bien extraordinaire, fait pour tout ; on ne conçoit pas pourquoi il s’est séparé de Robespierre et s’est laissé guillotiner. Il paraît que les deux millions qu’il avait pris en Belgique avait altéré son caractère. C’est lui qui disait : « de l’audace, puis de l’audace et encore de l’audace ».

Desaix était dévoué, généreux, tourmenté par la passion de la gloire. Sa mort fut une de mes calamités ! Il était habile, vigilant, plein d’audace ; il comptait la fatigue pour rien, la mort pour moins encore.

Ce nain de Ducos, ce cul-de-jatte de Ducos, un homme borné et facile.

Dugommier avait toutes les qualités d’un vieux militaire ; extrêmement brave de sa personne, il aimait les braves et en était aimé ; il était bon, quoique vif, très actif, juste, avait le coup d’oeil militaire, le sang-froid et de l’opiniâtreté dans le combat.

Hoche fut un des premiers généraux que la France ait produits. Il était brave, intelligent, plein de talent, de résolution et de pénétration. Il était aussi intrigant. Si Hoche avait débarqué en Irlande, il aurait réussi. Il possédait toutes les qualités nécessaires pour assurer le succès de son expédition. Il était accoutumé à la guerre civile et savait comment s’y prendre en pareil cas. Il avait pacifié la Vendée et était ce qu’il fallait pour l’Irlande : c’était un homme superbe, très adroit et d’un extérieur prévenant.

Ce fut une des plus belles réputations militaires de la Révolution… Hoche était un véritable homme de guerre.

Le général Joubert qui a commandé à la bataille de Rivoli, a reçu de la nature les qualités qui distinguent les guerriers : grenadier par le courage, il était général par le sang-froid et les talents militaires.

Il était grand, maigre, semblait naturellement d’une faible complexion : mais avait trempé sa constitution au milieu des fatigues, des champs et de la guerre et des montagnes. Il était intrépide, vigilant, actif… Il était fait pour arriver à une grande renommée militaire.

Joubert avait une haute vénération pour moi ; à chaque revers éprouvé par la République, durant l’expédition d’Egypte, il déplorait mon absence. Se trouvant en cet instant chef de l’armée d’Italie, il m’avait pris pour modèle, aspirait à me recommencer, et ne prétendait à rien de moins qu’à tenter ce que j’ai exécuté depuis en Brumaire, seulement, il eût agi avec les Jacobins.

Kléber était doué d’un grand talent, mais il n’était que l’homme du moment ; il cherchait la gloire comme la seule route aux jouissances ; d’ailleurs, nullement national, il eût pu, sans effort, servir l’étranger ; il avait commencé dans sa jeunesse sous les Prussiens, dont il demeurait fort engoué.

Il y a des dormeurs dont le réveil est terrible : Kléber était d’habitude endormi, mais dans l’occasion -et toujours au besoin- il avait le réveil du lion.

Si Kléber avait vécu, la France aurait conservé l’Egypte.

La mort de Kléber fut une perte irréparable pour la France et pour moi. C’était un homme doué des talents les plus brillants et de la plus grande bravoure.

Kléber, c’était l’image du dieu Mars en uniforme.

Il était de la très petite bourgeoisie ; petit, bossu, de l’extérieur le plus désagréable qu’on puisse imaginer, c’était un véritable Esope. Il n’avait ni l’habitude des affaires ni la connaissance des hommes. Du reste il était patriote, chaud et sincère, honnête homme, citoyen probe et instruit ; il entra au Directoire et sortit pauvre. La nature ne lui avait accordé que les qualités d’un magistrat subalterne.

Naturellement dissimulé, inobligeant, dur et sans affection, dévoré d’ambition.

Marat avait de l’esprit mais était un peu fou. Ce qui lui a donné une grande popularité, c’est qu’en 1790 il annonçait ce qui arriverait en 1792 ; il luttait seul contre tous. C’était un homme bien singulier.

Il était l’un des meilleurs avocats de Colmar. Il avait l’esprit qui caractérise un bon praticien ; il influença presque toujours les délibérations, prenait facilement des préjugés, croyait peu à la vertu et était d’un patriotisme assez exalté. Il avait, comme les patriciens, un préjugé d’Etat contre les militaires.

C’était un fanatique, un monstre ; mais il était incorruptible et incapable de voter ou causer la mort de qui que ce fût par inimitié personnelle ou par désir de s’enrichir. C’était un enthousiaste, il croyait agir selon la justice, et il ne laissa pas un sou après sa mort.

Sieyès était l’homme du monde le moins propre au gouvernement mais essentiel à consulter, car quelquefois il avait des aperçus lumineux et d’une grande importance.

août 28, 2007

LES DIGNITAIRES CIVILS DE L’EMPIRE PAR NAPOLEON 1er

Posted in CITATIONS, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , à 10:18 par napoleonbonaparte

Jean Etienne Marie Portalis (1746-1807)

L’art le plus difficile n’est pas de choisir les hommes, mais de donner aux hommes que l’on a choisis toute la valeur qu’ils peuvent avoir.

Un homme que je fais ministre ne doit plus pouvoir pisser au bout de quatre ans. C’est un honneur et une fortune éternelle pour sa famille.

(Napoléon Bonaparte)

Je parie que je ferais enfermer Bourrienne seul dans le jardin des Tuileries qu’il finirait pas y trouver une mine d’argent.

Si vous voulez bien manger, allez chez Cambacérès.

Il aura toujours droit à ma reconnaissance et à mon intérêt. Je ne ferai point de difficulté pour l’employer.

Carnot était travailleur, sincère dans tout, sans intrigues, mais facile à tromper. Il montra toujours un grand courage moral. Il a été fidèle, travailleur, probe, et toujours vrai.

Carnot, c’est le plus honnête des hommes. Il a quitté la France sans un sou.

Caulaincourt n’a pas fait grand-chose à Saint-Petersbourg. C’est un honnête homme qui m’a bien servi, mais il ne convenait pas comme ministre des affaires étrangères.

Un vrai courtisan, et d’ailleurs l’homme le plus vaniteux qu’il eût jamais vu.

Il croyait que j’étais comme Louis XV, qu’il fallait me cajoler, me plaire. Si j’avais des maîtresses, il serait le plus empressé serviteur.

Un homme d’une rare capacité, mon meilleur administrateur… un boeuf au travail.

Decrès est généralement détesté mais on a tort ; il a rendu de grands services à la marine. Il est très capable, homme d’esprit, beaucoup de caractère, et ennemi, en tout genre, des abus.

Homme d’esprit, mais petite tête… trop adulateur.

Mon Université, tel que je l’avais conçue, était un chef-d’oeuvre dans ses combinaisons, et devait en être un de ses résultats nationaux. Un méchant homme [Fontanes] m’a tout gâté, et cela avec mauvaise intention et par calcul sans doute.

Si je ne l’eusse pas retenu, il nous aurait donné l’éducation de Louis XV, nous aurait fait des marquis ; or ils ne sont bons qu’à la comédie.

Celui-ci n’est qu’intrigant ; il a prodigieusement d’esprit et de facilité d’écrire. C’est un voleur qui prend de toutes mains. Il doit avoir des millions ! Il a été un grand révolutionnaire, un homme de sang. Il croit racheter ses torts ou les faire oublier en cajolant les parents de ses victimes et se faisant, en apparence, le protecteur du Faubourg Saint-Germain. C’est un homme qu’il peut être utile d’employer parce qu’il est encore le drapeau de beaucoup de révolutionnaires, et d’ailleurs très capable, mais je ne puis jamais avoir confiance en lui.

J’aurais dû le faire pendre plus tôt, j’en laisse maintenant le soin aux Bourbons.

C’est un homme de peu de moyens, d’une parfaite immoralité, qui n’est bon qu’à tramer de petites intrigues, et ce qui peut lui arriver de plus heureux c’est qu’on ne parle plus de lui. Louis XVIII a sagement fait de le chasser.

C’est un homme tout d’une pièce, et c’est une forteresse inattaquable pour la corruption. Je me suis toujours applaudi de son concours, et je lui porte une amitié que je me plais à rappeler.

Lacuée est un homme intègre ; plus propre que personne, après Daru, pour mener l’administration de guerre.

Au Conseil d’Etat, j’étais très fort tant qu’on demeurait dans domaine du code. Mais, dès qu’on passait aux régions extérieures, je tombais dans les ténèbres et Merlin était ma ressource. Sans être brillant, il était fort érudit, puis sage, droit et honnête. Il m’était fort attaché.

Molé, ce beau nom de la magistrature, caractère appelé probablement à jouer un rôle dans les ministères futurs.

Mollien avait ramené le trésor public à une simple maison de banque, si bien que, dans un seul petit cahier, j’avais constamment sous les yeux l’état complet de mes affaires : ma recette, ma dépense, mes arriérés, mes ressources.

J’aurais nommé Narbonne grand maréchal à la mort de Duroc… Il est devenu homme de cour, homme de beaucoup d’esprit et diplomate de haute valeur. Malheureusement, j’ai écouté Talleyrand qui le craignait.

Portalis serait l’orateur le plus fleuri et le plus éloquent s’il savait s’arrêter.

Quel dommage que Regnault aime tant l’argent et les plaisirs qu’il procure ! Ce serait un ministre comme jamais je n’en ai pu trouver un.

Il ne faut pas laisser entrevoir à Savary l’opinion que j’ai de son incapacité.

Savary est un homme secondaire, qui n’a pas assez d’expérience et de calme pour être à la tête d’une grande machine. Du reste, c’est un homme d’énergie.

Si on le laissait faire, il mettrait bientôt le feu à la France

Les mouvements de Savary font hausser les épaules aux hommes qui raisonnent.

Je l’ai couvert d’honneurs, de richesses, de diamants. Il a employé tout cela contre moi ! Il m’a trahi autant qu’il le pouvait à la première occasion qu’il a eue de le faire.

Comment voulez-vous que cet homme ne soit pas riche, ayant vendu tous ceux qui l’ont acheté ?

Nous n’étions pas toujours du même avis, Talleyrand et moi ; il lui est arrivé plus d’une fois de m’en donner de bons.

C’est un homme d’intrigue, d’une grande immoralité, mais avec beaucoup d’esprit et, certes, le plus capable des ministres que j’aie eus.

Non que je ne rende justice à ses talents. C’est l’homme qui a le plus de vues et d’adresse, mais c’est de l’or à côté de la merde.

Il n’a jamais été pour moi éloquent ni persuasif ; il roulait beaucoup, et longtemps autour de la même idée. Il était si adroitement évasif et divagant qu’après des conversations de plusieurs heures il s’en allait, ayant échappé souvent aux éclaircissements ou aux objets que je m’étais promis d’en obtenir lorsque je l’avais vu arriver.