mars 22, 2008

LE BLOCUS CONTINENTAL (1806)

Posted in Empire, Napoléon tagged , , , , , , , , à 2:33 par napoleonbonaparte

Entrée de Napoléon Ier dans Berlin le 27 octobre 1806 par la porte de Brandebourg

Je veux conquérir la mer par la puissance de la terre.

(Napoléon Bonaparte)

BLOCUS CONTINENTAL ou SYSTÈME CONTINENTAL, noms sous lesquels ou a désigné l’ensemble des mesures adoptées par Napoléon pour isoler l’Angleterre du continent, la frapper dans sa puissance maritime, et la contraindre à restituer les colonies qu’elle avait enlevées à la France, à la Hollande et à l’Espagne. L’idée n’était pas absolument nouvelle. Il paraît qu’en 1793 le comité de Salut public avaii déjà songé à fermer à l’Angleterre les marchés de l’Europe, afin de la ruiner ; mais, pouf obtenir un tel résultat, il eût fallu ou une marine formidable, ou l’abstention volontaire ou forcée des Etats du continent. Il était clair aussi qu’en excluant de cette manière les Anglais de l’Europe, au moyen d’efforts surhumains, c’était leur assurer en quelque sorte le monopole du globe et séquestrer l’Europe elle-même du reste du monde. La haute raison pratique des hommes de 1793 les préserva de cette idée grandiose et chimérique.En 1806, dans la fermentation d’esprit que produisit chez lui le succès extraordinaire de la guerre de Prusse, Napoléon, dominé en outre par les projets les plus gigantesques, se détermina à appliquer une pensée qui, depuis quelque temps déjà, occupait son esprit : vaincre la mer par la terre, c’est-à-dire frapper cette Angleterre, à qui l’océan permettait d’échapper à son joug, en la privant de tous ses alliés et en lui fermant tous les ports du continent. Déjà, par lui-même ou par la Prusse, il avait fermé les bouches de l’Ems, du Weser et de l’Elbe, mesure bien insuffisante pour le but qu’il se proposait, car les marchandises anglaises n’en pénétraient pas moins dans le Hanovre, la Hollande et la Belgique. L’Angleterre elle-même avait d’ailleurs violé les droits des neutres en outrepassant les limites du blocus réel et en osant défendre tout commerce sur les côtes de France et d’Allemagne, depuis Brest jusqu’aux bouches de l’Elbe. Cet abus de la force fournit à Napoléon le prétexte qu’il cherchait pour appliquer au commerce anglais les mesures les plus rigoureuses. Le 21 novembre 1806, il rendit ce formidable décret, dit de Berlin, qui déclarait les îles Britanniques en état de blocus. Ce décret était applicable non-seulement à la France, mais encore aux pays occupés par ses armées ou alliés avec elle, c’est-à-dire à la Hollande, à l’Espagne, à l’Italie et à l’Allemagne tout entière. Tout commerce avec l’Angleterre était absolument interdit ; toute marchandise provenant de l’Angleterre ou de ses colonies devait être confisquée, non-seulement dans les ports, mais à intérieur même et chez les négociants qui en seraient dépositaires ; toute lettre provenant d’Angleterre, ou y allant, adressée à un Anglais ou écrite en anglais, devait être arrêtée dans les bureaux de poste et détruite ; tout Anglais saisi en France, ou dans les pays alliés ou soumis, était prisonnier de guerre ; tout bâtiment ayant seulement touché aux colonies anglaises ou à l’un des ports des trois royaumes ne pourrait aborder aux ports français ou soumis à la France ; et s’il faisait une fausse déclaration a ce sujet, il était déclaré de bonne prise. Telles étaient les dispositions principales du décret de Berlin, conçu et rédigé par Napoléon lui-même, sans la participation de Talleyrand. Il fut immédiatement signifié à la Hollande, à l’Espagne, à l’Italie, et le maréchal Mortier reçut l’ordre de s’emparer des villes hanséatiques, des ports du Mecklembourg et de la Poméranie suédoise jusqu’aux bouches de l’Oder, et d’appliquer partout le décret. Le gouvernement anglais, de son côté, usa de représailles en aggravant encore les mesures qu’il avait déjà prises pour le blocus maritime ; en sorte qu’on eut le spectacle inouï des deux nations les plus puissantes du monde s’interdisant mutuellement l’une la terre, et l’autre la mer ! Le 2 septembre 1807, le roi de Prusse est contraint d’adhérer au blocus continental, rendu plus rigoureux encore par les décrets des 17 décembre 1807 et 11 janvier 1808. Le Danemark avait refusé de prendre part à la coalition : les Anglais bombardent Copenhague. Cet acte d’odieux vandalisme avait tellement indigné l’Europe contre eux, que, si Napoléon eût montré plus de modération, il eût sans doute détaché la plupart des nations de leur alliance ; mais c’est par la menace de la guerre qu’il prétend entraîner l’adhésion des princes et des peuples ; par ses sommations hautaines, il blesse les plus justes susceptibilités nationales et il rejette dans le parti de ses ennemis ceux que la barbarie anglaise en avait un instant détachés. Toutefois, le tsar Alexandre avait accédé au système continental. Le. Portugal tardant à se prononcer, par crainte de l’Angleterre qui menaçait ses possessions d’Amérique, Napoléon décrète que la maison de Bragance a cessé de régner, et il charge Junot d’exécuter le Portugal (novembre 1807). Désormais, toute la politique de Napoléon est subordonnée à son Système : c’est là ce qui explique l’occupation de Rome, les annexions italiennes, la déplorable et funeste guerre d’Espagne, etc. Il rend des décrets (août, septembre, octobre 1810) pour ordonner de brûler partout les marchandises de provenance anglaise, et pour frapper de droits élevés les denrées coloniales, dont le prix atteignit des chiffres inouïs. Les peuples souffrent, les alliés et les vaincus s’irritent d’être soumis à ces exigences despotiques, qui ruinent leur commerce, les réduisent à la misère et blessent si profondément leur dignité : mais l’Empereur poursuit imperturbablement la réalisation de son plan ; le Système va toujours, ou plutôt la France s’épuise en efforts surhumains pour l’appliquer. Mais la force des choses conspire contre l’œuvre insensée ; la contrebande se joue des décrets ; ce que le sabre a lié, le commerce le délie ; et jusque dans le palais impérial, dit-on, l’Angleterre s’ouvre des débouchés. Louis Bonaparte, roi de Hollande, impuissant à faire observer dans ses Etats le blocus continental, abdique, et la Hollande est incorporée à l’Empire. L’annexion du duché d’Oldenbourg à la France (février 1811), sans autre motif ni prétexte que l’intérêt du Système, mécontente la Russie et amène enfin,la rupture entre les deux empereurs. On sait le résultat : cette tragique campagne de Russie, les terribles guerres de 1813 et 1814, enfin la chute de l’Empire. Au milieu de ces événements, le rêve gigantesque était devenu de plus en plus impossible, irréalisable, et le fameux blocus était tombé en désuétude même avant le dénouement fatal.

(Extrait du dictionnaire Larousse du dix-neuvième siècle)

Lien : Blocus Continental sur wikipedia

http://www.lerubicon.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :