décembre 20, 2007

LOUIS-PHILIPPE COMTE DE SEGUR (1753-1830)

Posted in Dignitaires civils, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , à 11:28 par napoleonbonaparte

Louis-Philippe, comte de Ségur, historien et sénateur (1753-1830)

C’est sans raison surtout qu’on m’a reproché d’avoir employé des nobles et des émigrés. Imputation banale et tout à fait vulgaire ! Le fait est que, sous moi, il n’y avait plus en France que des opinions, des sentiments individuels. Ce ne sont pas les nobles et les émigrés qui ont ramené la Restauration, mais bien plutôt la Restauration qui a ressuscité les nobles et les émigrés. Ils n’ont pas plus particulièrement contribué à notre perte que d’autres : les vrais coupables sont les intrigants de toutes les couleurs et de toutes les doctrines. Fouché n’était point noble, Talleyrand n’était pas un émigré ; Augereau et Marmont étaient ni l’un ni l’autre. Enfin, voulez-vous une preuve dernière du tort de s’en prendre à des classes entières, quand une Révolution comme la notre a labouré au milieu d’elles ? Le bon M. de Ségur, malgré son âge, à mon départ m’a offert de me suivre. Je pourrai multiplier mes citations à l’infini.

(Napoléon Bonaparte)

Ségur (Louis-Philippe, comte de). Député de  l’Isère au Corps législatif de l’an IX à 1813 ; membre du sénat conservateur en 1813, pair de France en 1814, pair des Cents-Jours, pair de France en 1819, né à Paris le 10 décembre 1753, mort dans la même ville le 17 août 1830 ; fils de « Philippe-Henry, marquis de Ségur, seigneur de Pouchaf et de Fongeuvilles, baron de Romainville, et de Louise-Anne-Madeleine de Vernon » ; en 1769, sous-lieutenant au régiment, mestre de camp général, capitaine en 1772 et colonel en second du régiment d’Orléans en 1776, colonel des dragons de Ségur en 1783 ; en 1791, il était ambassadeur à Rome, mais le Pape refusa de le recevoir et obtint, à son retour le grade de maréchal de camp, grand officier du palais de l’Empereur (an XII), comte de l’Empire (1808) ; il soutint énergiquement les droits de Napoléon II, et offrit de suivre l’Empereur partout où il irait. Il applaudit à la Révolution de 1830, et au retour du drapeau tricolore, il fut l’un des premiers à adhérer au gouvernement de Louis-Philippe ; membre de l’académie depuis 1803, il a publié un grand nombre d’ouvrages et a donné lui-même une édition de ses oeuvres complètes en 1824.

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Lien : Louis-Philippe de Ségur sur Wikipedia

http://www.lerubicon.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :