septembre 19, 2007

LE DIVORCE DE NAPOLEON ET JOSEPHINE (3)

Posted in Empire, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , à 1:15 par napoleonbonaparte

L’Impératrice Joséphine (1763-1814)

Il me semble parfois que je suis morte.

En effet, l’Empereur ne reviendra plus à Malmaison parce que Marie-Louise, informée de sa visite à Joséphine, en dépit des précautions qu’il a prises pour la lui cacher, lui en fera le reproche. Désormais, les anciens époux ne correspondent plus que d’une manière épisodique. Leur destin est scellé, jusqu’à cette dernière lettre de l’empereur à Joséphine, écrite depuis Fontainebleau le 16 avril 1814, trois jours après sa tentative d’empoisonnement. « Adieu, ma chère Joséphine, résignez-vous ainsi que moi, et ne perdez jamais le souvenir de celui qui ne vous a jamais oublié et ne vous oubliera jamais. »Le divorce a marqué pour Joséphine le début d’une nouvelle existence. Elle quitte la vie officielle faite de contraintes et d’attentes de chaque instant pour une vie privée qui la ramène à ces années 1796-1797, où elle était une riche particulière fêtée par une Italie libérée du joug des Autrichiens. Plus de grands cercles à la Cour et de cet ennui qui la dévorait aux Tuileries. Plus de ces inquiétudes dans l’expectative du retour des campagnes de l’empereur. Elle n’est plus qu’une très grande dame, mais en tant que membre de la famille impériale, toujours dépendante de l’autorisation de l’empereur pour entreprendre le moindre déplacement. Mais prévoir un voyage ou demander un avis, n’est-ce pas conserver le lien ténu qui la relie encore à Napoléon ? Toutefois ces contraintes sont bien légères au regard de celles attachées à la position d’impératrice régnante, car elle ne représente plus l’Empire. Il lui arrive parfois de recevoir les hommages des autorités. Ainsi, à chaque relais de la route entre Malmaison et Navarre, les maires la haranguent encore, les jeunes filles méritantes lui remettent toujours des corbeilles de fleurs et la foule l’acclame sur son chemin. C’est pourquoi elle préfère autant que faire se peut circuler incognito, généralement sous le nom de sa dame d’honneur Mme d’Arberg. Elle s’épargne ainsi les réceptions et la représentation indissociables d’un voyage officiel. Que de fois ne l’a-t-on pas entendu répéter : « Cette étiquette est bonne pour des princesses nées sur le trône, et habituées à la gêne qu’elle impose ; mais moi qui ai eu le bonheur de vivre tant d’années en simple particulière, trouvez bon que je pardonne à ceux qui s’en souviennent autant que moi. » Mais si elle feint de ne pas s’offusquer des manquements aux principes qui régissent la vie d’une impératrice, fut-elle divorcée, aussitôt ces crimes de lèse-étiquette sont dénoncés à l’empereur. Napoléon la rabroue, mais ses rappels à la discipline prouve au moins à l’impératrice que sa cour est au complet, car les espions n’y manquent pas. Alors les somptueux uniformes remplacent immédiatement les simples habits de drap vert ornés de broderies noires : ce qui est perdu en aisance est gagné en respect. Son nouvel état lui fait retrouver un calme qui embellit sa vie. Elle paraît plus reposée, elle a pris quelques rondeurs au point que Napoléon informé de la vie sereine et régulière qu’elle mène à Navarre, lui écrit peu galamment : « On dit que tu engraisses comme une bonne fermière de Normandie. » Cet embonpoint lui va bien, mais la contraint à porter pour la première fois des baleines dans ses corsets. Si certains trouvent que la finesse de ses traits en est légèrement altérée, tous ceux qui la visitent lui reconnaissent un air de santé presque insolent qu’elle n’avait pas avant le divorce. L’épouse du sénateur Clément de Ris ose même un jour: « Votre Majesté me paraît bien engraissée » et Joséphine, une autre fois, répond à un compliment du maréchal Oudinot, d’un ton doux et résigné et avec un triste sourire : « Oui, tenez, cela me va bien de n’être plus impératrice régnante ».

Elle s’oblige à ne pas rester confinée dans ses appartements. Elle pratique la marche à pied pour affermir sa santé, s’impose une à deux heures d’exercice quotidien. En cas de mauvais temps, elle fait atteler pour une promenade dans les bois du Butard ou dans la forêt d’Evreux, selon qu’elle se trouve à Malmaison ou à Navarre. Même en cure à Aix-les-Bains elle épuise son entourage. Depuis l’été 1810, Hortense, officiellement séparée de son mari, le roi Louis, jouit d’une entière liberté qui lui permet de se rapprocher de l’impératrice. Loin de Malmaison et des intrigues de la cour, la mère et la fille se retrouvent à Genève, près d’Aix-les-Bains pour prendre les eaux. D’ailleurs l’empereur a donné son accord, pourvu que Joséphine ne retourne pas là où ils sont allés ensemble. La solitude forcée qui découle du divorce lui fait découvrir avec délectation l’art d’être grand-mère. Absorbée par les obligations officielles, elle avait à peine le temps de voir aux Tuileries les enfants d’Hortense. Elle ne connaît toujours pas ceux d’Eugène. Milan est si loin. La naissance en 1807 d’une première petite-fille, prénommée Joséphine comme elle, l’a flattée, parce que par sa belle-fille Augusta de Bavière, elle est désormais grand-mère d’une petite princesse, apparentée aux meilleures famille régnantes d’Europe. De quoi rendre encore un peu plus jaloux les frères et soeurs de l’empereur ! Ces petits-enfants italiens, elle ne les voit qu’une seule fois, en 1812, lors d’un séjour à Milan : l’aînée, Joséphine, est une beauté ; le garçon, Auguste, c’est Hercule enfant ; la troisième, Eugénie, a une physionomie vive et spirituelle et elle sera très jolie ; de la quatrième, Amélie, elle n’emportera que l’image d’un poupon bien portant et facile. Il en va différemment avec les deux fils d’Hortense, le prince Napoléon, né en 1804 et son cadet le prince Louis [le futur Napoléon III], né en 1808. Depuis l’abdication de leur père, ils vivent à Paris avec leur mère. Joséphine s’attache à eux et les prend en garde presque tous les étés pendant les absences de leur mère. Elle leur apporte l’affection qu’elle n’a pas toujours été en mesure de donner à Eugène et Hortense, se reprochant sans doute de n’avoir pas été assez disponible pour eux. « J’avais raison de rendre heureux deux enfants si bons et si sensibles, ils m’en ont bien récompensée depuis, je leur dois plus de bonheur qu’ils n’en ont eu de moi. », avoue-t-elle à sa fille. Elle ne manque aucune occasion de faire venir les deux petits princes auprès d’elle. Ils passent à Malmaison tous les étés de 1810, 1811 et 1813, excepté celui de 1812 où Joséphine est retenue à Milan, et ce printemps 1814 au cours duquel bascule le destin de l’Empire. Ils s’installent avec leur gouvernante dans l’appartement d’Hortense, tout à côté de celui de leur grand-mère. L’aîné, réfléchi et sérieux, amuse moins l’impératrice que le cadet, vite surnommé Oui-Oui, et qui visiblement a sa préférence. Joséphine ne manque pas de rapporter ses faits et gestes, les bons mots de l’enfant. Elle en éprouve une fierté bien naturelle pour une grand-mère enfin libre de donner libre cours à sa passion des enfants. Plus elle les voit, plus elle les aime, mais elle tâche de ne pas trop les gâter, car redoute fort les remontrances d’Hortense. Ils animent sa vie, elle en raffole.

Avec sa manie de tout ramener à elle, il n’est pas de lettre à Hortense où il ne soit question de sa santé. Elle regrette parfois de n’être pas assez solide pour ne pas pouvoir transmettre un peu de forces à sa fille, si maigre et si pâle. Eugène la rabroue si elle se vient à se plaindre à lui ! Mais il n’est pas une émotion, une contrariété qui ne la trouble. Un jour, ce sont ses soucis d’argent qui l’obligent à prendre un peu d’émétique; une autre fois, à Milan, elle est prise de fortes coliques et d’une disposition continuelle à vomir et se soigne avec le même remède. Ces vomissement répétés affaiblissent son organisme, aussi résistant soit-il. Elle jouit d’une santé parfois chancelante. « Moi qui ai l’air en apparence de bien me porter, j’éprouve une douleur à la tête et des bourdonnements dans les oreilles à me faire craindre de devenir sourde puisque, quelquefois, je n’entends pas », reconnaît-elle volontiers. Toutes ces petites alertes ne laissent pas de l’inquiéter. Qu’elle reste sans nouvelles d’Eugène en campagne, qu’Hortense voit se noyer sous ses yeux son amie Adèle de Broc, et aussitôt des étourdissements la prennent, la forcent d’arrêter à écrire. Elle se fait mettre alors des sangsues et s’en porte un peu mieux. Les événements de mars 1814 l’affectent profondément. Elle souffre depuis quinze jours d’un catarrhe humoral, elle se purge, ce qui l’épuise un peu plus. Réfugiée à Navarre, la position d’Eugène la tourmente. Elle est sans nouvelle de ses enfants, pleure à longueur de journée, vit dans des transes et une anxiété terribles. De retour à Malmaison, elle passe des heures entières allongée sur une chaise longue, plongée dans de tristes pensées. Hortense qui l’a rejointe, s’en inquiète. « Je la vois toujours courageuse et aimable avec tous ceux qu’elle reçoit, mais je m’aperçois qu’aussitôt qu’elle est seule, elle se livre à une tristesse qui me désespère, écrit-elle à son frère. J’ai peur qu’elle ne s’affecte trop de tous les événements qui nous ont frappés, et que sa santé ne s’en ressente. » Le sort de l’empereur la frappe au cœur en dépit de tous les hommages qui lui sont rendus par les Alliés et de l’intérêt que prend le tsar à sa situation. Alexandre partage son temps entre Malmaison et Saint-Leu et reconnaît se plaire infiniment plus dans la société intime de l’impératrice et de ses enfants qu’auprès des dames du faubourg Saint-Germain ; il ne cesse de le répéter et trouve auprès d’elles ces qualités de l’âme qu’il admire au-delà de tout. Mais dès que Joséphine se retrouve seule, ses yeux s’emplissent de larmes. L’annonce du retrait de la dépouille de son petit-fils, mort en 1807, de la cathédrale Notre-Dame, sur ordre du gouvernement provisoire, affecte sa sensibilité au point qu’Hortense la trouve toute abattue. S’y ajoute l’ingratitude des nombreux émigrés qu’elle a naguère secourus et qui semblent saisis d’amnésie. Si l’administration royale lui verse sa pension et continue de la désigner sous le titre de S.M. l’impératrice Joséphine, si les souverains étrangers viennent tout naturellement à Malmaison la saluer du nom de Majesté, les journaux, plus frileux, annoncent sa rentrée de Navarre par un inconvenant « la mère du Prince Eugène est de retour à Malmaison ». Ils persistent un peu plus tard dans leur goujaterie en relatant que l’empereur de Russie a dîné avec le prince Eugène, sa mère et sa sœur. Joséphine n’est-elle donc à leur yeux que la mère du prince Eugène ? Elle est à cent lieues d’imaginer que le comte Beugnot – que Napoléon n’aimait pas trop – annoncera sa mort à Louis XVIII par cette incroyable formule « Mme de Beauharnais a excité généralement des regrets ». Comme si elle n’était plus que la veuve, et pourquoi pas encore l’épouse, d’ Alexandre de Beauharnais ! Non seulement tout cela l’étonne, mais elle s’en offusque allant jusqu’à répéter à qui veut l’entendre : « j’ai eu un nom ; je suis montée sur le trône ; j’ai été couronnée et sacrée ! »

L’occupation de la France par les armées ennemies et l’abdication de Napoléon ébranlent sa santé, au point que le 25 mai, Eugène très inquiet sur l’état de l’impératrice, écrit à Augusta : « Notre mère est bien souffrante depuis deux jours et ce matin elle a beaucoup de fièvre ; le médecin dit que ce n’est qu’un catarrhe mais, moi, je ne la trouve pas bien du tout. » Tout va désormais très vite. Elle s’alite pour ne plus se relever. Elle meurt le dimanche de Pentecôte 29 mai à midi, regrettée de ceux qui l’entourent et de tous ceux qui l’ont connue, portant encore ce titre d’impératrice que plus tard on l’eût probablement forcée d’abandonner.

Quelle perte irréparable pour Hortense, Eugène et Augusta. En quelques mois ils voient s’écrouler leur univers et disparaître celle qui faisait leur bonheur. Les armées françaises d’abord vaincues, l’empereur est exilé à l’île d’Elbe, puis remplacé par un nouveau gouvernement, plutôt hostile, mais heureusement tempéré par l’attitude favorable du tsar. Nullement préparés à tant de bouleversements, au moment où leur sort est encore incertain, survient la mort brutale et inattendue de cette mère chérie. Ces derniers mois ont bouleversé Joséphine, au point qu’elle semble lassée par tant d’abandons, inquiète par un avenir qu’elle sent incertain. Ne serait-ce le sort de ses enfants, on la sent prête à abandonner la lutte. Et qui sait si l’envie de lutter ne l’habitant plus, elle ne s’est pas laissée glisser doucement vers ce néant auquel chacun aspire pour en finir avec des maux devenus insupportables ?
Devant tant d’émotions douloureuses, les enfants de l’impératrice, ne peuvent rester à Malmaison ; ils décident de se retirer à Saint-Leu d’où Eugène remplit son devoir filial en écrivant à l’empereur :
« Sire, je remplis un devoir bien pénible pour mon coeur. J’ai l’honneur d’informer Votre Majesté qu’avant-hier, à midi, nous avons perdu Vous la meilleure des amies, ma soeur et moi la plus tendre des mères.
Une maladie maligne et putride a terminé sa vie en quatre jours. Elle est morte avec le courage, le calme et la résignation d’un ange. Tout ce qu’elle nous a dit de Vous dans les derniers moments de sa vie, nous a assez prouvé combien elle Vous était sincèrement attachée. »

EPILOGUE

Défait à Waterloo le 18 juin 1815, au soir d’une « journée de géants », comme le dira Wellington, Napoléon se replie en catastrophe à Malmaison, au milieu des souvenirs de ses premières années de gloire et de bonheur. Il y passe cinq jours dans l’attente des passeports qui lui permettront de quitter le sol français pour les Etats-Unis. Seul avec Hortense, l’empereur se remémore les jours heureux de Malmaison, mais sans Joséphine, tout lui semble vide. Il croit parfois l’apercevoir au détour d’une allée cueillant l’une de ces plantes qu’elle aimait tant. Parmi les derniers fidèles qui l’entourent, il reconnaît le médecin de Joséphine, Claude-Elie Horeau, un disciple de Corvisart. Il veut connaître les derniers instants de l’impératrice. Et comme toujours avec lui, les questions fusent. A peine le médecin a-t-il le temps d’y répondre :
– Vous dites qu’elle avait du chagrin… quel chagrin ? d’où venait-il ?
– De ce qui se passait, Sire ; de la position de Votre Majesté.
– Ah ! elle parlait de moi, donc !
– Souvent… très souvent…
– Bonne femme ! Bonne Joséphine ! elle m’aimait vraiment, celle-là, n’est-ce pas ? Elle était Française !…
– Oh ! oui, Sire, et elle vous l’eût prouvé, si la crainte de vous déplaire ne l’eût retenue ; au moins elle en avait conçu l’idée.
– Comment cela ? Qu’aurait-elle fait ?
– Elle dit, un jour, qu’Impératrice des Français, elle aurait traversé Paris, à huit chevaux, toute sa Maison en grande livrée, pour aller vous rejoindre à Fontainebleau, et ne plus vous quitter.
– Elle l’aurait fait, monsieur, elle était capable de le faire !

Lien : Le divorce de Napoléon et Joséphine (1)

© Bernard CHEVALLIER, directeur des châteaux de Malmaison et Bois Préau, du musée napoléonien de l’Île d’Aix, et de la Maison Bonaparte à Ajaccio, conservateur général du patrimoine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :