août 28, 2007

LE PATRIMOINE NAPOLEONIEN

Posted in Napoléon, PATRIMOINE NAPOLEONIEN tagged , , , , , , , , , , , à 7:51 par napoleonbonaparte

Le Pont des Arts et le Palais de l’Institut

Je veux faire des quais de Paris des voies romaines avec, de distance en distance, les statues de tous les grands hommes d’Europe.

(Napoléon Bonaparte)

Si l’Empereur s’est toujours méfié des architectes, les quatorze années qu’ont durés le Consulat et l’Empire ont néanmoins laissé des réalisations et des projets qui ne manquent pas de grandeur. Appliquant à la lettre ce qu’il avait dit aux membres de l’Institut le 5 mars 1808 « J’ai à cœur de voir les artistes français effacer la gloire d’Athènes et de l’Italie », Napoléon jette les bases d’un Paris moderne emprunt d’Antiquité classique. Tout un chacun connaît l’arc de triomphe du Carrousel, le palais de la Bourse, l’église de la Madeleine, la façade du Palais-Bourbon, la colonne Vendôme ou la rue de Rivoli. Ce que l’on sait moins, c’est que Napoléon apporta un effort tout particulier aux constructions édilitaires et l’on oublie trop souvent de mettre à son actif les ponts d’Austerlitz, d’Iéna ou des Arts, l’aménagement des trois grands cimetières parisiens (Montmartre, Père Lachaise et Montparnasse), la construction de trois kilomètres de quais, le creusement des canaux pour amener à Paris les eaux de la rivière de l’Ourcq, ce qui détermina l’édification de quinze nouvelles fontaines dont celle de la place du Châtelet reste la plus spectaculaire.

A côté de ce Paris construit, il ne faut pas oublier le Paris projeté dont la chute de l’Empire ne permit pas l’achèvement. Si Napoléon eut le temps de voir l’arc de triomphe de l’Etoile s’élever de quelques mètres au-dessus du sol, il ne connut que les fondations du palais érigé sur la colline de Chaillot pour servir de résidence au roi de Rome, ainsi que celles du futur palais des Archives et de celui de l’Université et des Beaux-Arts.

Comment ne pas songer au rétablissement des industries de luxe, faisant à nouveau de Paris la capitale des arts décoratifs. Non seulement l’Empereur fait remeubler les anciens châteaux royaux, mais il redonne du travail aux manufactures de Sèvres, des Gobelins, de Beauvais et de la Savonnerie. Enfin, après avoir fait achever le palais du Louvre, il y ouvre le Musée Napoléon, notre actuel musée du Louvre.

On le voit, l’activité incessante de l’Empereur dans le domaine des arts a transformé radicalement notre paysage patrimonial ; axée principalement sur Paris, capitale du Grand Empire, elle a ouvert la voie aux transformations que connaîtra Paris sous le règne de Napoléon III.

 © Bernard CHEVALLIER, directeur des châteaux de Malmaison et Bois Préau, du musée napoléonien de l’Île d’Aix, et de la Maison Bonaparte à Ajaccio, conservateur général du patrimoine.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :