août 27, 2007

LES GENERAUX D’EMPIRE PAR L’EMPEREUR NAPOLEON 1er

Posted in CITATIONS, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , à 10:55 par napoleonbonaparte

Général Lasalle (1775 - 1809)

J’ai tiré la plupart de mes généraux de la boue. Partout où j’ai trouvé le talent et le courage, je l’ai élevé et mis à sa place car mon principe était de tenir la carrière ouverte aux talents.

(Napoléon Bonaparte)

J’ai dit que le général Bertrand était l’homme de la vertu, je n’ai rien dit de trop ; sa réputation est faite.

Bertrand est le meilleur ingénieur depuis Vauban.

Bourmont s’est conduit bassement… Il était connu pour être un des Véndéens les plus faux et les plus hypocrites : je n’aurais jamais dû l’employer.

Bourmont est une de mes erreurs.

Je n’ai jamais rencontré d’homme aussi prononcé, aussi déterminé dans l’exécution de son opinion. J’aurai dû le nommer commandant de la garde nationale de Paris.

C’est une famille de braves. Je n’ai pas assez fait pour lui.

Je gagne brillament la bataille de Ligny, mais un lieutenant [Drouet d’Erlon] me prive de ses fruits… Le mouvement d’Erlon m’a fait bien du tort… D’Erlon est un bon chef d’état-major, a de l’ordre, mais voilà tout.

  • Antoine Drouot, Commandant général de la Garde Impériale, Comte (1774-1847)

Drouot, c’est la vertu.

Plein de charité et de religion, sa morale, sa probité et sa simplicité lui eussent fait honneur dans les plus beaux jours de la république romaine. ; il n’existait pas deux officiers dans le monde pareils à Murat pour la cavalerie et à Drouot pour l’artillerie.

Dupont a flétri nos drapeaux. Quelle ineptie, quelle bassesse ! Il a signé une capitulation où il a compromis les intérêts de son armée en ne la faisant pas garantir par les agents anglais au camp de l’ennemi.

J’aime Duroc parce qu’il est sérieux et décidé de caractère ; je crois que cet homme n’a jamais pleuré.

C’est depuis vingt ans la seule fois qu’il n’ait pas deviné ce qui pouvait me plaire.

« Ici le général Duroc, duc de Frioul, grand maréchal du palais de l’Empereur Napoléon, frappé glorieusement par un boulet, est mort dans les bras de l’empereur, son ami. »

Duroc avait des passions vives, tendres et secrètes, qui répondaient peu à sa froideur extérieure. Duroc était pur et moral, tout à fait désintéressé pour recevoir, extrêmement généreux pour donner.

Eblé était un homme du plus grand mérite.

Ce n’est pas comme on l’a dit, parce qu’il était trop jeune que je ne l’ai pas nommé [comme grand maréchal du palais, après la mort de Duroc en 1813]. C’est parce qu’il était homme à bonnes fortunes, et surtout parce que sa mère, Mme De Souza, était dans toutes les intrigues de Paris. Flahaut je l’aimais… Il a beaucoup d’esprit naturel, une brillante bravoure et une grande habitude au monde.

Le comte Gérard s’y couvrit de gloire et y montra autant d’intrépidité que de talent… Les généraux qui semblaient devoir s’élever aux destinées de l’avenir étaient Gérard, Clauzel, Foy, Lamarque… C’étaient mes nouveaux maréchaux.

C’est un militaire de peu de valeur ; c’est cependant un écrivain qui a saisi quelques idées saines sur la guerre.

Il était aveuglé par un sentiment honorable ; l’amour de la patrie ne l’a pas retenu.

Junot dans la campagne de Russie me mécontenta fort ; on ne le reconnaissait plus ; il fit des fautes capitales qui nous coûtèrent bien cher.

Il avait dissipé de vrais trésors sans discernement, sans goût ; trop souvent même dans des excès grossiers.

La Bédoyère était éminemment français ; il fut guidé par les sentiments les plus nobles et les plus chevaleresques dans la démarche qu’il fit à Grenoble ; dévouement alors admirable, car tout était douteux.

Lallemand s’est déclaré pour moi à mon retour de l’île d’Elbe, dans le moment le plus périlleux.

Il a beaucoup de résolution, est capable de faire des combinaisons, et il y a peu d’hommes plus propres que lui à conduire une entreprise hasardeuse. Il a le feu sacré.

Le général de division Lasalle a été tué d’une balle. C’était un officier du plus grand mérite et l’un de nos meilleurs généraux de cavalerie légère.

Lecourbe était un excellent général, accumulant des victoires qui ont achevé la victoire de son ami le général Moreau à Hohenlinden en 1800.

Très brave, il eût été un excellent maréchal de France ; il avait reçu de la nature toutes les qualités nécessaires pour être un excellent général… Je l’ai éloigné parce que, lors du procès de Moreau et Georges Cadoudal, il s’est rangé du côté de mes ennemis.

Voilà le meilleur ouvrage que j’aie lu depuis quatre ans ! Il y a des choses qu’il dit mieux que moi ; il les sait mieux parce que, dans le fond, il était plus chef de corps que moi. C’est un homme instruit qui écrit bien, simplement et convenablement.

Je l’engage à continuer à écrire pour la défense et la gloire des armées françaises et en confondre les calomniateurs et les apostats.

Le général Marchand n’est pas maréchal d’Empire, mais il vaut quatre maréchaux.

Le général Marescot s’étant déshonoré en attachant son nom à une infâme capitulation, ce qui m’a contraint à lui ôter toutes ses charges et emplois.

Mon Mouton est un lion.

Mouton est le meilleur colonel qui ait jamais commandé un régiment de Français.

Le général de division comte Rapp a eu un cheval tué sous lui ; l’intrépidité dont ce général a donné tant de preuves se montre dans toutes les occasions.

Le général Saint-Hilaire, blessé au commencement de l’action, est resté toute la journée sur le champ de bataille et s’est couvert de gloire.

Ceux-là [Lannes et Saint-Hilaire] n’eussent pas été infidèles à la gloire du peuple français.

Pillard comme un enragé mais brave comme un César.

Si j’avais deux Vandamme, j’en ferais fusiller un, mais je n’en ai qu’un et je le garde pour moi.

3 commentaires »

  1. Christiane said,

    Cherche toute documentation et/ou information sur un général nommé Cichon qui aurait été à la bataille de Waterloo dont je ne trouve aucune trace.

    Merci de m’aider

    Amicalement
    Christiane

    • COCHET said,

      Bonjour Christiane,
      Je me prénome pascal, moi aussi, je recherche un général sur le net qui est natif de Laon. Pas évident du tout …
      Je vous propose de vous renseigner auprès des Amis du Patrimoine Napoléonien dont vous pouvez trouver leur Forum sur le net.

      Bien cordialement

      Pascal

  2. michelle martineau said,

    je suis aussi à la recherche de deux frères nommés catroux, je pense que l’un d’eux était à waterloo, pas l’autre, puisqu’il avait laissé tomber napoléon, les deux frères se sont d’ailleurs fachés à cause de cela, je suis moi-meme descendante d’un des frères qui a suprimé le x suite à cette querelle, je ne sais pas s’ils étaient généraux, ils ne sont pas non plus dans la liste, et je ne sais meme pas lequel était à waterloo. Si jamais, merci. Mon mail: boisverni@yahoo.fr. Je m’appelle michelle martineau et suis descendante de Jean Catrou du maine-et-loire.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :