février 18, 2008

MARECHAL DAVOUT (1770-1823)

Posted in BIOGRAPHIES DES MARECHAUX D'EMPIRE, Maréchaux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , at 11:40 par napoleonbonaparte

Maréchal Louis-Nicolas Davout (1770-1823), duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl

Ce maréchal a déployé une bravoure distinguée et de la fermeté de caractère, première qualité d’un homme de guerre.

(Napoléon Bonaparte)

Maréchal DAVOUT (Louis-Nicolas), duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl, général français, né à Annoux (Yonne) le 10 mai 1770, mort à Paris le 1er juin 1823. On commet généralement, en écrivant ce nom, une erreur orthographique qui semble remonter à la campagne d’Egypte. Un général de cavalerie, mort pendant cette expédition, s’appelait DAVOUST ; mais il n’avait avec le maréchal aucun lien de parenté. Issu d’une famille noble, mais pauvre, Davout entra, en 1785, à l’Ecole militaire de Paris (et non à Brienne, comme l’ont écrit la plupart des biographes, qiu le font, à tort, condisciple de Bonaparte), et en sortit, en 1788, avec le grade de sous-lieutenant au régiment de Champagne (cavalerie). Là, au lieu de mener la vie brillante et dissipée des officiers de son régiment, il consacrait à l’étude les loisirs que lui laissait le service. Aussi son oncle, major dans le même corps, disait-il de lui : « Mon neveu Davout ne fera jamais rien ; il ne sera jamais un militaire. Au lieu de travailler sa théorie, il s’occupe de Montaigne, de Rousseau et d’autres farceurs. » 179 éclate ; Davout, alors en garnison à Hesdin, embrasse avec ardeur les principes rénovateurs et a, l’occasion de professer ouvertement sa foi à la liberté. Le régiment dont il faisait partie offrait un banquet à un régiment de passage à Hesdin. Vers la fin du repas, un officier de noblesse se leva et porta ce toast : « Je propose une santé que nous avons tous dans le cœur, bien que, dans ces temps de liberté, on ne nous permette pas de la porter ; et je me flatte qu’il n’y a pas parmi nous de j… f….. qui en propose une autre : à la santé du roi ! » Davout, sur lequel tous les regards s’étaient portés, se leva à son tour et répliqua froidement : « C’est moi, messieurs, qui suis le j… f….. dont monsieur a voulu parler. A la santé de la nation ! » Davout quitta le régiment : une révolte avait éclaté parmi les soldats, et il avait été considéré comme le fauteur de cette rébellion ; il fut prouvé plus tard, par une enquête, que tout le monde avait eu tort dans cette affaire, excepté Davout ; mais il n’en avait pas moins été mis en disponibilité, et il revint dans l’Yonne organiser les bataillons de volontaires : le troisième bataillon l’élut lieutenant-colonel. Il servit dans l’armée du Nord, successivement sous les ordres de Lafayette, de Kilmaine, de Custine et de Dumouriez, qu’il poursuivit inutilement avec son bataillon lors de la trahison de ce général. Exclu de l’armée en 1793, à cause de son origine noble, il fut réintégré dans les cadres en 1794, et nommé général de brigade pendant le siège de Luxembourg. Il passa alors à l’armée du Rhin sous Pichegru, et fut fait prisonnier à Manheim. Mis en liberté sur parole, il se retira quelque temps dans sa famille, et, pendant son inaction forcée, étudia très sérieusement l’art militaire. Au bout de quelques mois il rejoignit l’armée du Rhin, commandée par Marceau, prit ensuite part à l’expédition d’Egypte où il se signala par son infatigable courage, et fut le seul général qui refusa de signer, après le départ de Bonaparte, la capitulation du Caire. Quand, malgré ses énergiques protestations, ses collègues eurent apposé leur nom au bas de ce honteux traité, il reprit aussitôt, avec Desaix, le chemin de la France. En 1800, il obtint, à l’armée d’Italie, le grade de général de division ; en il fut rappelé à Paris par Bonaparte, qui lui fit épouser la sœur du général Leclerc, et lui confia, avec la direction du camp de Bruges, le commandement du troisième corps de l’armée d’Angleterre. Nommé maréchal en 1804 Davout fit ses débuts comme administrateur et homme politique, dans la présidence des élections de l’Yonne. L’année suivante, il ouvrait la campagne du Rhin à la tête de son corps qui formait l’aile gauche de la grande armée, et enlevait aux Prussiens, en quelques jours, cent quatre-vingt-onze pièces de canon. Aussi reçut-il, en récompense de sa merveilleuse activité, le grand cordon de la Légion d’honneur et le titre de général des grenadiers à pied de la garde. Après la paix de Presbourg, il alla présider les élections de la Côte-d’Or ; puis il prit part à la campagne de 1806 contre la Prusse et gagna la sanglante bataille d’Auerstaedt. Profitant de la proximité de la Pologne, il encourage, parmi les libéraux de cette nation, un mouvement indépendant que fait avorter un soulèvement de la Prusse ; contraint alors d’abandonner le peuple qu’il espérait ressusciter, il court se couvrir de gloire à Eylau, à Friedland et à Tilsitt. De juillet 1807 à la fin de 1808, il fut investi du gouvernement de la ville et du duché de Varsovie. C’est alors que des jaloux l’accusèrent d’aspirer à reconstituer à son profit la royauté polonaise. Mécontent de l’élevation de Bernadotte, blessé de la tentative faite, sans autorisation, par Soult, pour se faire adjuger la couronne de Portugal, Napoléon crut aussi à l’ambition de Davout et lui témoigna une injuste défiance. Il ne devait pourtant pas oublier que, dans toute sa correspondance, Davout n’avait cessé de lui présenter le prince Poniatowski comme le seul candidat possible au trône de Pologne, et il eût dû garder toujours présentes à l’esprit les fières paroles de la maréchale Davout qu’il interrogeait sur les velléités royales de son mari : « Hé bien ! maréchale, est-ce que vous n’avez point désiré être reine de Pologne ? » Mme Davout répondit : « Je ne désire que ce que désire le maréchal ; et il tient trop à rester Français pour être roi de quelque pays que ce soit. ». Froissé par ces injustes soupçons, Davout remit au roi de Saxe le gouvernement de Varsovie et vint reprendre son service dans la guerre déclarée à l’Autriche. A Eckmühl, il lutte seul pendant trois jours, avec deux divisions, contre l’armée autrichienne entière qu’il force à la retraite. La paix signée à Vienne en octobre 1809, Davout est chargé de la garde de Hambourg et du blocus des côtes du Nord ; en outre, Napoléon lui donne cette écrasante mission, la réorganisation de la grande armée pour la campagne de Russie. Non-seulement Davout doit dresser six cent mille soldats ; il lui faut encore rassembler le matériel, l’équipement et les transports nécessaires pour cette masse de combattants. En 1812 s’ouvre cette désastreuse expédition : le maréchal, qui en avait prévu l’échec et les suites fatales, ne put que conjurer par sa valeur, sa fermeté, son dévouement, les malheurs qui fondirent sur nos soldats. Dans la retraite, on le vit se multiplier, payer à toute minute de sa personne. Et pourtant il se vit enlever son commandement, qui fut transféré à Ney. Il alla alors s’enfermer dans Hambourg qu’il défendit contre les Russes, et qu’il ne leur remit qu’en sur un ordre authentique et exprès de Louis XVIII. De retour en France, il fut très mal accueilli par le roi, qui lui signifia l’ordre de se retirer immédiatement dans sa terre de Savigny ; les pamphlets royalistes déchirèrent alors à l’envie le défenseur de Hambourg. Le maréchal laissait, impassible, se produire toutes ces infamies ; toutefois, sur les supplications de sa famille, il publia un mémoire justificatif très digne, et surtout très concluant, qui fit taire la calomnie. Aux Cent-Jours, Napoléon chargea Davout de lui organiser une armée et de préparer la défense nationale. Davout émit à ce moment des conseils dont la franchise déplut au souverain. Le prince d’Eckmühl croyait toujours à la vitalité de la nation, mais il n’avait plus confiance dans l’Empire ; il parla à cœur ouvert ; aussi, malgré ses instances réitérées, Davout ne put-il obtenir le commandement de l’aile droite. L’impérieux Bonaparte lui préféra Grouchy. On sait ce qu’il advint de cette préférence. Waterloo brisa l’ambition du maître. Davout essaya de remonter l’esprit de Napoléon. Rien, suivant lui, n’était désespéré ; on pouvait tout attendre en s’adressant au cœur de la France. Mais l’Empereur était démoralisé, et il entendait l’exécration publique monter peu à peu autour de son nom. Le maréchal exposa nettement la situation, donna son avis, et pour soustraire Napoléon aux mille influences contradictoires qui faisaient, à chaque instant, dévier sa résolution, il l’engagea à s’enfermer à la Malmaison. C’est cet épisode de la vie de Davout que les malveillants et les envieux ont tourné contre lui pour incriminer sa mémoire. On l’a accusé d’avoir manqué de respect à une majesté tombée. Une seule circonstance a suffi pour anéantir cette imputation et pour donner un éclatant démenti au récit apocryphe de Fleury de Chaboulon qui, seul de tous les historiens ou écrivains de mémoires, a raconté la mensongère altercation reprochée à Davout. A la bibliothèque de Sens se trouve un exemplaire des Mémoires de Fleury de Chaboulon annoté de la main même de Napoléon, à Sainte-Hélène, et donné à la ville de Sens par Saint-Denis, ancien valet de chambre de l’Empereur. Nous reproduisons trois notes extraites de cet ouvrage. « On doit regarder comme d’invention pure les discours et les propos que l’on prête à l’empereur Napoléon. L’auteur le fait parler et penser selon ses propres opinions et selon les dires des gens du premier salon de service. L’auteur se reprochera toute sa vie cet ouvrage, où il compromet tant de pères de famille et calomnie tant de grands et illustres citoyens. » Enfin, en marge du récit des prétendues invectives adressées par Davout à l’empereur, celui-ci a écrit ces mots significatifs : « Quelle injustice que ce portrait ! » Après le départ de Napoléon pour la Malmaison, commencèrent les indécisions, les négociations, les entrevues. Davout était toujours attaché à l’Empereur, tout en considérant l’Empire comme fini. L’ennemi cernait Paris : le prince d’Eckmühl proposa la résistance, si le gouvernement provisoire autorisait la lutte. Carnot démontra l’impossibilité du succès et Davout dut s’incliner devant l’opinion générale. Mais les insolences des alliés croissant en raison de l’accumulation de leurs troupes, le maréchal voulut leur prouver que la France n’était pas encore écrasée. Il sort avec une poignée d’hommes et va exterminer, entre Verrières et Versailles, plusieurs régiments prussiens ; puis il attend le signal de la bataille. On lui envoie l’ordre de traiter. Il examine alors froidement la position : la lutte longue et périlleuse, la cause impériale perdue, les Bourbons acclamés, la trahison au dedans et au dehors. Il voit la France pillée, Paris bombardé, trente millions d’hommes en péril pour conserver une couronne. Il impose silence à ses sympathies, à ses instincts guerriers, à ses sentiments patriotiques, et il signe la convention de Saint-Cloud du 3 juillet. Alors, comme il était le plus en vue, comme de lui avait dépendu en quelque sorte le salut de l’Empire, tous les lâches qui avaient trahi rejetèrent sur lui leur infamie, l’accusèrent d’avoir reculé et de leur avoir donné l’exemple de la désertion. Davout se démit aussitôt du portefeuille de la guerre et se retira, avec les débris de notre armée, derrière la Loire, emportant avec lui les trésors du musée d’artillerie, les dessins topographiques et les plans en relief des places fortes. Les souverains alliés exigèrent la remise de ces collections : Davout refusa et les garda. Le 6 juillet, il négocia le ralliement de l’armée de la Loire au gouvernement des Bourbons, en sauvegardant les intérêts de ses compagnons d’armes, dont il se sépara le cœur brisé. Puis il vint à Paris, se vouer corps et âme à la défense de Ney et protester de toutes ses forces contre sa mise en accusation. Une ordonnance royale lui supprima son titre de maréchal avec tous ses traitements et l’exila à Louviers. Toutefois, en 1817, il fut réintégré dans ses titres, et, en 1819, il accepta une place a la Chambre des pairs, où il prêta au libéralisme l’appui de son nom et de sa haute raison. Cependant la santé du maréchal, qui avait bravé victorieusement tant de périls, tant d’assauts physiques et moraux, reçut tout à coup une grave atteinte. La mort de sa fille lui porta un coup dont il ne se releva point. Le croirait-on ? Les défiances de la Restauration ne cessèrent pas devant ce cercueil. Les invalides ayant exprimé le vœu d’assister au service funèbre, le gouverneur de l’hôtel reçut l’ordre de les consigner et de tenir les portes fermées pendant toute la durée de la cérémonie. Quelques-uns de ces vieux soldats ayant réussi à braver la consigne et à s’échapper par-dessus les murs pour escorter leur ancien chef à sa dernière demeure, le gouvernement résolut de les punir et de les chasser de leur refuge. Il fallut que la maréchale Davout fît trêve à sa douleur, et allât, le lendemain de l’enterrement, solliciter elle-même le pardon des insoumis ! On eut, au moins, la pudeur de ne pas lui refuser la grâce qu’elle demandait.

(Extrait du dictionnaire Larousse du dix-neuvième siècle)

Liens : Maréchal Davout (1770-1823), duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl – Maréchal Davout sur Wikipedia – Souvenir Davout

http://www.lerubicon.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 46 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :