septembre 21, 2007

LES MARECHAUX DE NAPOLEON – MARECHAL MASSENA (1758-1817), DUC DE RIVOLI, PRINCE D’ESSLING

Posted in Maréchaux, Napoléon tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , at 10:09 par napoleonbonaparte

Maréchal André Masséna (1758-1817), duc de Rivoli, prince d’Eslling

Masséna, d’un rare courage et d’une tenacité si remarquable, dont le talent croissait par l’excès du péril et qui, vaincu, était toujours prêt à recommencer comme s’il eût été vainqueur. C’était néanmoins un voleur… et c’eût été un grand homme, si ses qualités brillantes n’eussent été ternies par l’avarice.

(Napoléon Bonaparte)

Masséna (André, duc de Rivoli et prince d’Essling), officier général et législateur, né à Nice (Alpes-Maritime), le 6 mai 1758, de « Jules Masséna, propriétaire à Levens, et de Catherine Fabre », mort à Paris le 4 avril 1817 ; prit du service, le 18 août 1775, comme simple soldat au 1er bataillon d’infanterie légère (Royal-Italien) et arriva au grade de sous-officier, mais ne put espérer avoir un grade supérieur, n’étant pas noble. A l’avènement de la Révolution, il s’enthousiasma pour les idées nouvelles et s’engagea dans les volontaires du Var. Il arriva rapidement au grade de chef du 3e bataillon ; fut promu, le 22 août 1793, général de brigade et, le 30 frimaire an II, général de division. Il se distingua en l’an II, dans la campagne d’Italie, à Loano et à Saugio, et l’année suivante au col de Borghetto. A la reprise de la campagne, sous les ordres de Bonaparte, il reçut, après Millesimo, le commandement des compagnies de grenadiers réunies en corps, et, à leur tête, franchit le pont de Lodi, entra le premier dans Milan et assista à Roverdo, à Castiglione, à Arcole, à Rivoli, à la Favorite, où il mérita d’être appelé par Bonaparte : l’enfant chéri de la victoire. Revenu en Italie porteur de la ratification des préléminaires de Léoben, il remplaça Berthier à Rome, mais ayant été mal accueilli, il se démit et vécut à Paris, en disponibilité, dans une situation assez précaire ; mais menacés, sur nos frontières compromises, il fut rappelé à l’activité en ventôse an VII, et le commandement de l’armée d’Helvétie lui fut confié. Masséna ne possédait guère alors, malgré les renforts qu’il reçut, que 40.000 hommes, contre 100.000 Autrichiens, sous l’archiduc Charles, et les généraux Bellegarde et Hotze. Il prit position sur la Limurat, ayant trois divisions à droite sur les Alpes, quatre au centre et deux à gauche sur le Rhin ; fit passer, le 25 septembre, la Limurat, au-dessous de Zurich, à quatre divisions, en tout 37.000 hommes, et attaqua Korsakov qui, isolé des Autrichiens, ne disposait plus que de 25.000 hommes. Après deux jours en lutte, les Russes battirent en retraite vers le Rhin, ayant perdu 13.000 hommes. Pendant ce temps, Soult et Vandamme avaient battu, au-dessus de Zurich, le général Hotz. C’est à ce moment que Souvarov débouchait de la vallée de la Reuss et arriva le 26 septembre à Altfor et se trouva en face de troupes victorieuses et supérieures en nombre ; il dut battre en retraite précipitamment, abandonnant ses canons, ses voitures, ses traînards, et arriva péniblementà Coire avec 10.000 hommes seulement. La coalition, grâce à l’adresse et à la tactique de Masséna, fut dissoute. Après le 18 brumaire, Bonaparte confia à Masséna le commandement en chef de l’armée d’Italie, qui n’avait à sa disposition que 35.000 hommes, tandis que le baron de Melas disposait de 120.000 Autrichiens. Ce dernier attaqua nos lignes le 15 germinal an VIII et, grâce à sa supériorité numérique, rejeta Suchet sur le Var et Masséna sur Gênes. Assiégé par les Autrichiens du général Ott et bloqué sur mer par les anglais, Masséna résista pendant deux mois d’une façon héroïque, mais la garnison et les habitants furent réduits à vivre d’herbes et de pain d’amidon et les soldats n’avaient plus la force de porter leur fusil. Masséna se vit dans la dure nécessité de capituler et obtint le droit de se retirer sur le Var avec le reste de ses troupes, pour y rejoindre Suchet. En signant la réddition, il dit aux officiers autrichiens et anglais : « Je vous donne ma parole d’honneur qu’avant vingt jours je serai devant Gênes. » Après Marengo, il garda le commandement de l’armée d’Italie, mais qu’il dut céder à Brune, en raison de ses dépradations, qui avait mécontenté Bonaparte. Masséna se montra peu favorable au 18 brumaire. Le 9 thermidor an XI, il entra au Corps législatif comme député de la Seine, fut promu maréchal d’empire le 29 floréal an XII, grand-aigle de la Légion d’honneur le 10 pluviôse an XIII et chef de la 14e cohorte. Il fut de nouveau mis à la tête de l’armée d’Italie en 1805, s’empara de Vérone le 18 octobre et attaqua les positions de Caldiero sans pouvoir les forcer. Après le traité de Presbourg, il entrprit de conquérir le royaume de Naples, et, en quelques jours, il dispersa les Napolitains et les Anglais, s’empara de Gaëte et occupa les Calabres. Le 19 mars 1808, il fut créé duc de Rivoli, prit part à la campagne du Danube en 1809 et se distingua à Landshut et Eckmühl, il s’empara du château d’Ebersdorff. A la bataille de Wagram, Masséna commandait la gauche, qui eut à supporter les efforts de l’armée autrichienne et, quelques jours après, il dégagea Marmont à Znaïm ; fut créé prince d’Essling le 31 janvier 1810, et reçut au mois de février suivant, le commandement de l’armée du Portugal ; il s’empara le 10 juillet de de Ciudad-Rodrigo, le 28 août d’Almeïda, mais fut repoussé le 27 septembre à Busaco ; après, il subit encore quelques échecs et fut disgracié par Napoléon ; il abandonna son commandement au maréchal Marmont et revint en France, resta en disponibilité pendant les campagnes de 1812 et 1813, et devint gouverneur de la 8e division militaire. Pendant les Cent-Jours, l’Empereur le nomma le 2 juin 1815 pair de France, mais il ne siégea pas. Masséna mourut de chagrin et tous les vieux soldats qu’une police ombrageuse n’avait pas éloignés de Paris se pressèrent autour de son cercueil. Napoléon a dit de lui : « Le bruit du canon éclaircissait ses idées et lui donnait de l’esprit, de la pénétration et de la gaieté. »

(Extrait du dictionnaire sur la Révolution et l’Empire du Dr Robinet)

Liens : Maréchal Masséna (1758-1817)Maréchal Masséna sur Wikipedia

About these ads

1 commentaire »

  1. helix said,

    Bonjour à vous, et bonne année 2008. Voici ma question :les vols de tableaux et autres oeuvres d’arts par le maréchal Massena, pouvez-vous me dire s’ils onts été restitués a leurs proprietaires ? Merci.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 46 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :